Aller au contenu principal

GDDV
« Le GDDV assurera désormais les avertissements viticoles »

Interview d’Olivier de Cénival, président du Groupement départemental de développement viticole.

Olivier de Cénival, président du GDDV depuis un an et demi.
Olivier de Cénival, président du GDDV depuis un an et demi.
© AA

Suite à l’arrêt de la publication des avertissements agricoles par le SRPV (Service régional de protection des végétaux) au 1er janvier dernier, le GDDV a été sollicité pour reprendre ce service. Comment s’organise-t-il ?

Olivier de Cénival : La partie viticole des avertissements agricoles est désormais coordonnée par la Chambre régionale d’agriculture. Celle-ci a chargé le GDDV de Maine-et-Loire de réaliser les observations, que nous transmettrons ensuite au GDDV de Loire-Atlantique, qui lui, émettra les bulletins d’avertissements. Le premier bulletin devrait paraître ces jours-ci. La surveillance porte principalement sur les risques de mildiou et d’oïdium ainsi que sur le vers de la grappe, pour lequel il est effectué des comptages. Le GDDV réalisait déjà une veille sanitaire, mais avec moins de traçabilité et de formalisme. Nos techniciens ont adapté leurs méthodes pour fournir des informations le plus proche possible de celles collectées auparavant par le SRPV. Cette nouvelle mission représentera une assez grande charge de travail, surtout pendant la période de mars à octobre.

Nouvelles missions, nouveaux personnels aussi.
L’équipe renouvelée a été présentée lors de l’assemblée générale début juin. Comment se compose-t-elle ? L’ensemble de l’équipe, qui compte aujourd’hui trois salariés, a été renouvelé en l’espace d’un an. Valérie Closset a été remplacée par Gaëlle Berriau, conseillère viticole et Clément Baraut, qui doit partir fin juillet, le sera par Anthony Sequeira, œnologue. L’assistante Lydie Métayer est quant à elle remplacée par Brigitte Grolleau. Claude Landron, technicien, avait également quitté la structure. Ces changements, tout à fait naturels dans la vie d’un organisme, surviennent ici en même temps et nécessitent une nouvelle organisation. Ils ont eu, il ne faut pas s’en cacher, quelques incidences sur le nombre de d’adhérents, qui accuse une petite baisse. Environ 160 viticulteurs adhèrent aujourd’hui au GDDV. Mais ce n’est pas la seule raison, le contexte économique entre aussi en jeu dans cette baisse d’effectifs, de même que la diminution du nombre des exploitations.

Propos recueillis par S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités