Aller au contenu principal

Cultures
Le gel printanier a eu raison de sa féverole

Une première expérience de cultures de protéagineux en pur peu concluante pour l’éleveur Cédric Davenet. Sa culture a été fortement endommagée.

Parcelle de féverole semée au 17 novembre. La végétation est abondante, mais les gousses sont rares et peu remplies.
© CD

Agriculteur à Saint-Augustin des Bois, Cédric Davenet avait décidé cette année d’implanter de la féverole pour accroître la part de protéines végétales sur son exploitation. Il a semé une parcelle de 5 ha à l’automne et envisageait d’en faire un peu plus à l’automne prochain, 7,7 ha. Mais aujourd’hui, il s’interroge :  « l’expérience de cette année n’est pas très encourageante », avoue l’agriculteur.

Un bon démarrage, compromis par le gel

La culture a été semée le17 novembre, dans de bonnes conditions, elle n’était pas touchée par l’anthracnose. Mais à partir de mars-avril, elle a explosé en végétation, cela est allé très vite, voire trop vite. Le gel printanier a été radical. Les plantes en bordures de haies ont été en partie épargnées, mais sur tout le reste de la parcelle, « il y a au mieux deux ou trois gousses sur chaque pied, alors qu’il devrait y en avoir 10 ou 15 », constate Cédric Davenet. « Mes voisins sont touchés de la même manière, sur 10 ha », indique-t-il. Pour l’agriculteur, qui a des terres à faible potentiel, c’était la première expérience de culture de protéagineux en pur. Il faisait auparavant du méteil.
Le plan protéines végétales dans le cadre du plan de relance, se donne pour ambition de doubler les surfaces d’ici 10 ans. La nouvelle Pac incitera aussi à cultiver des protéagineux. Convaincu de l’intérêt des protéagineux d’un point de vue agronomique, Cédric Davenet s’interroge toutefois sur la capacité à accroître cette indépendance protéique : « la culture des protéagineux s’avère délicate, aléatoire et peu rémunératrice », souligne-t-il.
Ayant été échaudé par la mauvaise récolte de l’an dernier, l’agriculteur a contracté une assurance climatique. Celle-ci devrait couvrir une partie des frais importants engagés pour cultiver de la féverole (1  000 euros la tonne de semence utilisée pour les 5 ha). L’agriculteur prévoit de récolter sa parcelle afin de récupérer de la semence.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pommes et poires : une maigre récolte attendue
 Aux Vergers de Mané, à Martigné-Briand, la récolte a commencé le 16 août, avec la variété de poires Williams. Les volumes s’…
Un projet animal et végétal à taille humaine
Adèle Hallopé-Merlet, 29 ans, s’est installée à Chanteloup-les-Bois, au 1er avril 2019. Elle a reçu, pour son projet, le 3ème…
Vidéo : un chantier d'ensilage en Shredlage
Au Gaec de la Modtais à Blou, les rendements devraient avoisiner les 14 t de matière sèche/ha, sans irrigation. Le maïs est…
Une vache angevine grande championne au Festival de la viande d'Evron
Une vache croisée rouge des prés et saosnoise, élevée par Yves Jolivet, de Chaudron-en-Mauges, est sortie championne inter-races…
Hotmail sacrée championne suprême au Space 2021
Pour la 1ère fois au Space, un concours a départagé toutes les championnes laitières. C’est une vache angevine qui…
Engraisser avec du trèfle pur
Au Gaec Aillerie, l’herbe est valorisée au maximum. À Saint-Michel et Chanveaux, les 2 frères Julien et Pierre Aillerie élèvent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités