Aller au contenu principal

Cultures
Le gel printanier a eu raison de sa féverole

Une première expérience de cultures de protéagineux en pur peu concluante pour l’éleveur Cédric Davenet. Sa culture a été fortement endommagée.

Parcelle de féverole semée au 17 novembre. La végétation est abondante, mais les gousses sont rares et peu remplies.
© CD

Agriculteur à Saint-Augustin des Bois, Cédric Davenet avait décidé cette année d’implanter de la féverole pour accroître la part de protéines végétales sur son exploitation. Il a semé une parcelle de 5 ha à l’automne et envisageait d’en faire un peu plus à l’automne prochain, 7,7 ha. Mais aujourd’hui, il s’interroge :  « l’expérience de cette année n’est pas très encourageante », avoue l’agriculteur.

Un bon démarrage, compromis par le gel

La culture a été semée le17 novembre, dans de bonnes conditions, elle n’était pas touchée par l’anthracnose. Mais à partir de mars-avril, elle a explosé en végétation, cela est allé très vite, voire trop vite. Le gel printanier a été radical. Les plantes en bordures de haies ont été en partie épargnées, mais sur tout le reste de la parcelle, « il y a au mieux deux ou trois gousses sur chaque pied, alors qu’il devrait y en avoir 10 ou 15 », constate Cédric Davenet. « Mes voisins sont touchés de la même manière, sur 10 ha », indique-t-il. Pour l’agriculteur, qui a des terres à faible potentiel, c’était la première expérience de culture de protéagineux en pur. Il faisait auparavant du méteil.
Le plan protéines végétales dans le cadre du plan de relance, se donne pour ambition de doubler les surfaces d’ici 10 ans. La nouvelle Pac incitera aussi à cultiver des protéagineux. Convaincu de l’intérêt des protéagineux d’un point de vue agronomique, Cédric Davenet s’interroge toutefois sur la capacité à accroître cette indépendance protéique : « la culture des protéagineux s’avère délicate, aléatoire et peu rémunératrice », souligne-t-il.
Ayant été échaudé par la mauvaise récolte de l’an dernier, l’agriculteur a contracté une assurance climatique. Celle-ci devrait couvrir une partie des frais importants engagés pour cultiver de la féverole (1  000 euros la tonne de semence utilisée pour les 5 ha). L’agriculteur prévoit de récolter sa parcelle afin de récupérer de la semence.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois