Aller au contenu principal

Elevage
Le Label rouge, l’autre débouché possible pour la rouge des prés

 La Sica Domaine Rouge des Prés a tenu son assemblée générale le mercredi 22 juin, à Chenillé-Changé.

De gauche à droite : David Cadet, éleveur en Mayenne (commission commercialisation) ; Christian Perrin, éleveur en Moselle, président de la Sica ; Thierry Jeanneteau, éleveur en Maine-et-Loire (commission génétique) ; Antoine Ménard, éleveur en Maine-et-Loire (commission concours).
© AA

C’est une filière moins connue, mais, outre l’AOP Maine Anjou, la rouge des prés a également un débouché en Label rouge. « La Rouge des prés entre dans le Label Rouge, via la démarche APBA (L’Autre pays du bovin allaitant), qui propose depuis peu du bœuf label rouge en multiraces. Cela peut intéresser des éleveurs qui ne sont pas dans la zone géographique AOP, car le Label rouge n’est pas lié au territoire », a expliqué Jean-Stéphane Blanchard, directeur Agro Qualité, lors d’une intervention à l’AG de la Sica Domaine Rouge des prés, la semaine dernière. Promu par la loi Egalim, le Label rouge est en progression depuis 3 ans, de + 15 à + 20 %, mais il reste une part modeste du marché national de la viande, puisqu’il ne représente pas plus de 4 %. « Sur la rouge des prés, nous avons des marchés qui cherchent à se développer », indique Jean-Stéphane Blanchard. De la viande de rouge des prés Label rouge est distribuée dans 2 GMS en Région parisienne (1 carcasse par semaine dans chacune), et d’autres GMS sont en demande, pour du libre service. Le type de vaches recherchées ? Des carcasses de 400 à 450 kg, classées R. Une vingtaine d’abattoirs sont habilités à faire du Label.


Rythme calme pour l’AOP
Comment ce débouché s’articule-t-il avec l’AOP ? « Nous venons bien en complément, et non en concurrence, car les signes officiels de qualité forment une grande famille », souligne le directeur Agro Qualité. « On essaie de penser à tout le monde, notamment les éleveurs qui n’entrent pas dans l’aire AOP », souligne David Cadet, responsable de la commission commercialisation.
Concernant l’AOP, le commerce est plutôt calme : « nous sommes sur un rythme actuellement de 10 à 12 bêtes/semaine », a indiqué pour sa part Firmin Lebrun, acheteur de bovins pour l’Adema. Comment expliquer cette faible activité ?  Elle est liée à plusieurs facteurs. Si la consommation d’AOP Maine  Anjou s’est développée en restauration commerciale avec certains partenaires, elle a baissé chez le distributeur Carrefour, confronté à des manques de personnels. Chez les bouchers, « des marchés ont été perdus lors des derniers mois car nous manquions de bovins », note Firmin Lebrun. Les retours commerciaux font par ailleurs état de « manque de  régularité dans la qualité des bovins l’an dernier, avec des finitions plus aléatoires, moins de conformation, moins de persillé », poursuit-il. « Il faut des bêtes bien finies pour gagner en classement et en qualité gustative », souligne David Cadet. Les cours net éleveur sont actuellement au niveau de 5,40 euros /kg de carcasse en R = et 5,45 en R +.


Pas de concours national cette année
Pour diverses raisons liées notamment aux changements de personnels au sein de la Sica, qui accueillera une nouvelle directrice en septembre, la race n’organisera pas de concours national en 2022. « Le prochain concours se déroulera en 2023 à Château-Gontier », a expliqué Antoine Ménard, pour la commission concours. Les concours 2021 et 2022 ont été couronnés de succès, avec notamment une génisse primée au Sia vendue en Hollande. Au prochain Sommet de l’élevage, en octobre, la race se voit attribuer davantage de places : « nous passons de 6 à 12 animaux  », se félicite Antoine Ménard.
Et en ce qui concerne le schéma de sélection, comme cela avait été évoqué lors de l’AG de 2021, la Sica attend les documents officiels pour pouvoir y intégrer les éleveurs du Bénélux.
S.H.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois