Aller au contenu principal

Communication
Le lapin part en campagne

Un plan vise à relancer la consommation de lapin qui connaît une baisse importante.

La campagne s’étalera jusqu’à la fin 2009.
La campagne s’étalera jusqu’à la fin 2009.
© anjou agricole

On veut relancer la consommation et l’image du lapin. Si on ne réagit pas, on va disparaître. » D’emblée, Jean-Marie Gabillaud, président de la commission cunicole de la Chambre régionale d’agriculture, fixe le cap. Dans un contexte national morose pour la consommation de viande au premier semestre 2008 (- 4 %), la diminution de la consommation de lapin est très marquée (- 10,9 %). « Avec la baisse du prix de reprise et la hausse du prix de revient, le manque à gagner s’élève, sur un an, à environ 20 000 euros pour un élevage moyen d’environ 650 inséminations. » Pour redresser la situation, l’accent est mis sur la qualité et les bienfaits nutritionnels de cette viande, pas sur une baisse des prix. « Le lapin ne constitue pas un produit de consommation courante, il reste d’abord un produit festif, poursuit Jean-Marie Gabillaud. Il ne faut pas trop diversifier l’offre, mais installer deux ou trois produits bien lisibles, que l’on peut trouver dans tous les magasins. » Les principaux consommateurs sont les cinquante ans et plus. « La cible ne changera pas, car ils sont de plus en plus nombreux. » Les éleveurs seront également associés. Cinquante d’entre eux ont, pour l’heure, répondu à l’appel. « On espère en attirer de 100 à 150, détaille Jean-Marie Gabillaud. Tous rémunérés et formés, ils seront amenés à faire de la promotion, au sein des grandes enseignes commerciales de la région. »

Capter le regard du consommateur

Selon Sandrine Devoldère, éleveuse à Nieul-le-Dolent (Vendée), qui vient de participer à ce type d’opération, « les gens ne sont pas contre la viande de lapin, mais ils n’y pensent pas automatiquement. Quand on les rencontre, on sent que l’intérêt existe. Par rapport au volume moyen habituel des magasins,  les ventes sont multipliées entre deux et cinq suite à notre passage. » Daniel Girard, éleveur à Cheffois (Vendée), complète : « Pour parvenir à quelques chose, il faut capter le regard des consommateurs. Et, quand nous leur disons que nous sommes éleveurs, leur regard change. Ça les rassure. » Premier vice-président de la commission Action économique du Conseil régional des Pays de la Loire, qui finance l’opération à hauteur de 80 000 euros (sur 206 000), Dominique Tremblay abonde en ce sens : « Il faut faire en sorte que les produits correspondent aux besoins, s’adapter à la réalité de la demande. La demande, c’est aujourd’hui une exigence de traçabilité, de sécurité alimentaire. » Les objectifs de vente ? « Quand une profession se structure, on en mesure les effets à long terme », répond Dominique Tremblay, sans fixer d’objectif précis. La campagne s’étalera jusqu’à la fin 2009. Elle vient soutenir celle lancée depuis la rentrée par Clipp (l’organisation interprofessionnelle nationale du lapin).

Jean-François Mater


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités