Aller au contenu principal

Communication
Le lapin part en campagne

Un plan vise à relancer la consommation de lapin qui connaît une baisse importante.

La campagne s’étalera jusqu’à la fin 2009.
La campagne s’étalera jusqu’à la fin 2009.
© anjou agricole

On veut relancer la consommation et l’image du lapin. Si on ne réagit pas, on va disparaître. » D’emblée, Jean-Marie Gabillaud, président de la commission cunicole de la Chambre régionale d’agriculture, fixe le cap. Dans un contexte national morose pour la consommation de viande au premier semestre 2008 (- 4 %), la diminution de la consommation de lapin est très marquée (- 10,9 %). « Avec la baisse du prix de reprise et la hausse du prix de revient, le manque à gagner s’élève, sur un an, à environ 20 000 euros pour un élevage moyen d’environ 650 inséminations. » Pour redresser la situation, l’accent est mis sur la qualité et les bienfaits nutritionnels de cette viande, pas sur une baisse des prix. « Le lapin ne constitue pas un produit de consommation courante, il reste d’abord un produit festif, poursuit Jean-Marie Gabillaud. Il ne faut pas trop diversifier l’offre, mais installer deux ou trois produits bien lisibles, que l’on peut trouver dans tous les magasins. » Les principaux consommateurs sont les cinquante ans et plus. « La cible ne changera pas, car ils sont de plus en plus nombreux. » Les éleveurs seront également associés. Cinquante d’entre eux ont, pour l’heure, répondu à l’appel. « On espère en attirer de 100 à 150, détaille Jean-Marie Gabillaud. Tous rémunérés et formés, ils seront amenés à faire de la promotion, au sein des grandes enseignes commerciales de la région. »

Capter le regard du consommateur

Selon Sandrine Devoldère, éleveuse à Nieul-le-Dolent (Vendée), qui vient de participer à ce type d’opération, « les gens ne sont pas contre la viande de lapin, mais ils n’y pensent pas automatiquement. Quand on les rencontre, on sent que l’intérêt existe. Par rapport au volume moyen habituel des magasins,  les ventes sont multipliées entre deux et cinq suite à notre passage. » Daniel Girard, éleveur à Cheffois (Vendée), complète : « Pour parvenir à quelques chose, il faut capter le regard des consommateurs. Et, quand nous leur disons que nous sommes éleveurs, leur regard change. Ça les rassure. » Premier vice-président de la commission Action économique du Conseil régional des Pays de la Loire, qui finance l’opération à hauteur de 80 000 euros (sur 206 000), Dominique Tremblay abonde en ce sens : « Il faut faire en sorte que les produits correspondent aux besoins, s’adapter à la réalité de la demande. La demande, c’est aujourd’hui une exigence de traçabilité, de sécurité alimentaire. » Les objectifs de vente ? « Quand une profession se structure, on en mesure les effets à long terme », répond Dominique Tremblay, sans fixer d’objectif précis. La campagne s’étalera jusqu’à la fin 2009. Elle vient soutenir celle lancée depuis la rentrée par Clipp (l’organisation interprofessionnelle nationale du lapin).

Jean-François Mater


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités