Aller au contenu principal

Cultures
Le Layon et l’Hyrôme en vigilance

Les premières mesures concernant la gestion de l’usage de l’eau ont été prises par arrêté préfectoral.

© AA

L’arrêté-cadre préservant la ressource en période d’étiage a été signé le 2 mai par le préfet. Le bilan hydrique départemental faisant apparaître la faiblesse de l’écoulement de certains cours d’eau, un deuxième arrêté préfectoral, en date du 3 mai, met en état de vigilance 2 des 21 bassins versants du département : le Layon et l’Hyrôme.
L’Anjou agricole reviendra en détail la semaine prochaine sur les mesures de l’arrêté-cadre et l’évolution de la situation. Le bilan ci-dessus recense les précipitations depuis début mars et jusqu’au 2 mai.

M. L.-R.

État des cultures

Les stations automatiques ont enregistré entre 5 et 16 mm sur le département entre le 26 avril et ce mardi 2 mai (parfois plus localement) (voir en page 6). Des pluies sont prévues pour la semaine prochaine : pluies opportunes pour la levée du maïs.
Pousse de l’herbe : du mieux. Sur la période du 19 au 26 avril, les mesures issues du réseau de veille en Maine-et-Loire donnent en moyenne un niveau de pousse de 64 kg MS/ha/jour. C’est une amélioration générale par rapport à la semaine précédente (12 au 19 avril : 31 kg). Il y a toujours beaucoup d’écarts entre les parcelles. Les facteurs sont : la réserve en eau du sol, la nature du couvert (une fétuque élevée supporte mieux le déficit en eau) la hauteur du couvert, la pluviométrie. L’herbe est encore en bon état, les sols sont chauds. Avec l’eau, la pousse peut repartir rapidement. En zone à déficit hydrique, il faut essayer de ne pas pâturer trop ras, ni d’accélérer le rythme de pâturage. Un pâturage ras à moins de 5 cm va accentuer le stress et le redémarrage sera plus lent. Concrètement, pour les éleveurs qui ont fermé les silos, il est opportun de remettre dans le circuit de pâturage, des parcelles hautes (12 à 14 cm ) prévues en fauche. Il faut donc  laisser du temps de repousse à l’herbe. En silo ouvert, on jouera sur les stocks distribués et en silo fermé, sur la surface de pâturage. (source Écho des pâtures (27/04) : Chambre 49/Ferme de Thorigné/Bovicap).
Sous blés. Entre gonflement jusqu’à 20 jours après la floraison, on est en pleine période de sensibilité au stress des céréales. En parcelles très et moyennement séchantes, les déficits se sont marqués sur avril sous blé. Les fortes températures d’avril ont accéléré la montaison pour donner aujourd’hui une avance de 8 à 10 jours. (source Arvalis)

Pierre Mulliez , Chambre d’agriculture

Fourrage

Manque de fourrages : anticiper

Le déficit de pousse d’herbe risque d’entamer les stocks déjà amenuisés. Un bilan fourrager est nécessaire pour évaluer les besoins alimentaires des animaux et éventuellement réaliser des ensilages de céréales. Conseils et explications dans les pages  "Vie pratique" de l'Anjou Agricole du 6 mai.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités