Aller au contenu principal

Le Maine-et-Loire, terre d'élevage

Pascal Gallard est éleveur à Saint-Florent-le-Vieil. Vice-président de la Chambre d'agriculture régionale, en charge de l'établissement de l'élevage et responsable de la ferme des Trinottières, il nous livre sa vision de l'élevage.

Pascal Gallard dans son élevage laitier.
Pascal Gallard dans son élevage laitier.
© AA

>> Le Maine-et-Loire a pour image celui d'un département rural et agricole. Qu’en est-il réellement ?
Pascal Gallard :  indéniablement, le Maine-et-Loire est un territoire agricole. Le chiffre d’affaires de l’agriculture représente 1,6 milliards d’euros. C’est deux fois plus qu’en Sarthe. Mais ce qui fait la spécificité du département, c’est sa grande diversité, tant en élevage qu’en productions végétales. L’élevage représente à lui seul plus de 800 millions d’euros de chiffre d’affaires. On distingue une disparité territoriale, l’Ouest du département étant plus une terre d’élevage que l’Est. Si toutes les productions sont représentées, il existe des dynamiques différentes pour chacune d’elle. En terme commercial, le département présente une autonomie en produits issus de l'élevage supérieure à 200 %. La souveraineté alimentaire nationale passe par des départements productifs comme le Maine-et-Loire.

>> Vous parliez de dynamiques différentes selon les productions. Quelles sont-elles ?
D’une manière générale, le nombre d’animaux est en baisse. On notera cependant l’augmentation du cheptel caprin (de 17 000 en 2001 à 30 000 aujourd’hui) et celui des poulets. En revanche, les autres animaux d’élevage pâtissent de la conjoncture. On a une baisse de 10 % du cheptel en bovin lait, et de 15 % du cheptel bovin viande, le tout en 20 ans. Cela pose bien entendu de nombreuses questions. La question de l’élevage n’est pas qu’agricole, c’est un enjeu crucial de territoire. L’élevage permet de stocker du carbone, de maintenir le bocage, la biodiversité ou encore d’éviter les friches aux abords de nos nombreuses rivières et zones humides.

>> Le tableau dépeint est relativement sombre. Quels sont les motifs d’espoirs ?
Il ne faut pas tomber dans le pessimisme. Au regard des éléments précédents, l’élevage a toute sa place dans le futur. L’enjeu crucial, c’est le renouvellement. à l’heure actuelle, nous constatons une installation pour deux départs. En 2018, c'est 550 cessations d'activité pour 270 installations dans le Maine-et-Loire. Cependant, notre agriculture est de plus en plus labellisée, avec des signes de qualité. On peut vivre très correctement de l'agriculture, en ayant une maîtrise technique, économique et d'investissement. Agriculteur, c'est un très beau métier, comme la période traversée vient de nous le rappeler.

>> Quelles sont les actions mises en place par la Chambre d'agriculture ?
Nous souhaitons avoir pour l'élevage la même stratégie que sur l'eau. Nous débutons une phase d'état des lieux devant se conclure en janvier 2021, avec une restitution prévue lors de notre session régionale. Cet état des lieux sera décliné au niveau départemental, mais également territorial. Il sera important de travailler sur le terrain, avec les nouvelles équipes d'élus. C'est en intégrant l'élevage, notamment dans les PAT, PCAET ou autres développements locaux, que l'on arrivera à insuffler une dynamique positive. Une fois l'état des lieux effectué, nous définirons des objectifs à court, moyen et long terme. Personnellement, j'estime qu'il faut être ambitieux pour l'élevage et arriver à 2 installations, toute confondue, pour 3 départs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités