Aller au contenu principal

Interview
Le Min d’Angers-Vivy fête ses 50 ans

Daniel Decamps, directeur de la Sominval, société pour l’exploitation du Min du Val de Loire.

Daniel Decamps.
Daniel Decamps.
© AA

Le Min fêtera ses cinquante ans jeudi 10 juin, au cours d’une porte ouverte destinée aux professionnels (sur invitation), et le 18 juin, à Vivy, avec des producteurs. Pourquoi avez-vous choisi de marquer cet anniversaire ?
Daniel Decamps :
Nous voulons, à travers un événement festif, valoriser le travail de nos opérateurs et nous cherchons à capter de nouveaux clients. Les acheteurs, qu’ils soient restau-rateurs, responsables de restauration collective, détaillants, commerçants non-sédentaires… sont aujourd’hui environ 1 600, nous visons le chiffre de 2 000. Il est important de nous faire connaître. Le Min marche bien, mais nous ne voulons pas “ronronner”. Nous souhaitons montrer que nous existons, et que les Min et marchés de gros ont leur place à côté des supermarchés et de la vente directe. Nous accompagnons d’ailleurs le développement de la vente directe puisque nous accueillerons en septembre ou octobre, au Min d’Angers, un magasin de producteurs qui s’appellera “d’Anjou et d’ailleurs”, et commercialisera des produits du terroir et d’autres issus du commerce équitable.

Quelle place occupe le Min dans la hiérarchie des marchés d’intérêt nationaux français ?
On compte 19 marchés de gros et Min inscrits à la Fédération française. Celui de Rungis est résolument à part puisqu’il a un chiffre d’affaires quasiment égal à ceux des 18 autres. Parmi ces 18, le Min du Val de Loire se situe en milieu de classement. Il arrive en 6e ou 7e position en termes de tonnage, en 9e position si l’on prend en compte le chiffre d’affaires. Alors qu’en 2008, excellente année, l’activité avait augmenté de 8 %, en 2009, la crise a engendré une baisse de l’activité à Angers et Vivy, moins forte toutefois qu’au niveau national. Nous avons perdu 6 % des emplois et l’activité a beaucoup chuté dans le domaine de la logistique. À Vivy, on a observé un tassement du nombre des producteurs, les départs en retraite n’étant souvent pas remplacés.

La concession avec la Ville d’Angers cessera en 2026, ce qui implique, à terme, un déménagement du Min situé quartier Saint-Serge. Quelavenir est envisagé ?
Le principe de conserver un Min demain est validé. Nous devons maintenant trouver un terrain (le Min d’Angers s’étend sur 11,5 hectares) et l’inscrire dans les documents d’urbanisme. Deux ou trois possibilités existent, mais rien n’est tranché à ce jour. Le Min doit répondre à certains critères : il devra se situer à un quart d’heure ou vingt minutes maximum du centre-ville. Plus on s’éloigne, plus on augmente le coût de l’approvisionnement et plus on va à
l’encontre des objectifs de ville “durable” d’Angers. On devra aussi se situer près d’un nœud routier, voire d’une desserte ferroviaire. Il faudra également un périmètre de protection du Min vis-à-vis de la concurrence.

Propos recueillis par S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités