Aller au contenu principal

Le ministre Stéphane Le Foll au Sival

Stéphane Le Foll s'est rendu au Sival, jeudi 15 janvier, en fin de matinée. Une visite sur une note optimiste.

Jacques-Antoine Cesbron, président de Vegepolys, présente à Stéphane Le Foll le projet Green protect, qui étudie le potentiel des extraits végétaux pour la protection des plantes.
Jacques-Antoine Cesbron, président de Vegepolys, présente à Stéphane Le Foll le projet Green protect, qui étudie le potentiel des extraits végétaux pour la protection des plantes.
© AA

Le choix fait cette année par le salon du thème du biocontrôle est un beau message envoyé à la société toute entière”, déclaré Stéphane Le Foll après s'être arrêté sur les stands de plusieurs entreprises spécialisées dans ce domaine. “Ces PME françaises que j'ai rencontrées, je souhaite les voir devenir de grandes industries”, a-t-il souligné.

Alors qu'une conférence sur le plan Ecophyto se déroulait en même temps au Sival, en présence du député Dominique Potier (auteur du rapport sur Ecophyto 1), Stéphane le Foll a évoqué aussi la diminution de l'usage des produits phytosanitaires. Il voit dans le biocontrôle mais aussi dans l'agroéquipement, des voies pour parvenir aux objectifs fixés. “Pour les produits foliaires, aujourd'hui 40 à 45 % des produits aspergés seulement se retrouvent sur la feuille. Grâce à du matériel performant, comme les buses antidérives, on peut réaliser des économies d'intrants importantes", a-t-il affirmé.

Et de trois ?

C'est la deuxième fois que Stéphane Le Foll vient au Sival d'Angers. Après une visite d'inauguration lors de l'édition 2013, le ministre de l'Agriculture est venu rencontre les exposants et les acteurs des filières végétales, jeudi en fin de matinée, avant de se rendre au lycée du Fresne. Et Bruno Dupont, président du Sival, annonce d'ores et déjà une nouvelle visite du ministre “pour les 30 ans du salon, en 2016”.


La FDSEA de Maine-et-Loire rencontre le ministre de l'Agriculture

Très sollicité par les professionnels du végétal lors de sa visite rapide du salon (une heure et demi environ), le ministre a été interpellé par les représentants nationaux des producteurs de fruits et de légumes sur la situation économique de la filière et sur la mise en place du compte pénibilité.

Il a aussi rencontré la FDSEA de Maine-et-Loire, sur deux sujets principalement. D'abord, la future mise en place de la Trame verte et bleue. Les professionnels déplorent que “les administrations départementales n'aient pas été associées aux travaux”. Sur la carte de la Dreal, “30 % du territoire est concerné par ces trames”, a expliqué Jean-Marc Lézé, président de la FDSEA. “Nous ne sommes pas contre la biodiversité, mais on craint une sanctuarisation de ces espaces”, a souligné Christiane Lambert, vice-présidente de la FDSEA et de la FNSEA.

Deuxième sujet évoqué, celui d'Ecophyto sur lequel les élus FDSEA s'opposent à une approche uniquement “par le volume”. Ils ont aussi rappelé au ministre la problématique des usages mineurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités