Aller au contenu principal

MAGAZINE
Le monde savoureux des fruits

Passionné et connaisseur des fruits, Jean-Yves Maisonneuve a créé il y a trois ans, en Charente-Maritime, un jardin qui regroupe l’essentiel des fruits des climats tempérés et méditerranéens. Il partage son savoir lors de conférences.

La cornouille, plantée en France jusqu’au 18e siècle, est encore présente en Russie.
La cornouille, plantée en France jusqu’au 18e siècle, est encore présente en Russie.
© J.-Y. M.

Saviez-vous que certains habitants du Portugal, du Maroc ou de Kabylie mangent encore des glands de chêne doux ? Que l’homme a commencé à greffer des arbres fruitiers à la période du néolithique, il y a de cela
10 000 ans ? Connaissez-vous le goji, fruit cultivé sur les contreforts de l’Himalaya, très riche en vitamine C et aux vertus anti-oxydantes ? Ce fruit fait son entrée aujourd’hui sur le marché français sous forme de jus, tout comme le nono (des noni), consommé notamment en Polynésie et auquel on prête des qualités anti-douleur.
Passionné et connaisseur des fruits, Jean-Yves Maisonneuve a donné une conférence la semaine dernière à l’occasion de l’inauguration de l’implan-tation d’Anjou plants à Longué- Jumelles (lire page 7). Avec sa compagne Catherine Giraud, il a créé il y a trois ans un jardin dédié aux fruits, à Saint-Denis-du-Pin, en Charente-Maritime. De chaque fruit, sauvage ou de jardin, il aime à explorer ses origines, son histoire, ses vertus, parfois liées aussi bien au fruit lui-même qu’au bois de l’arbre dont il est issu. « Le bois du cormier était utilisé en ébénisterie. Il servait à fabriquer des roues de carriole. Le fruit, lui, était mangé blet et était aussi transformé en alcools foudroyants », raconte Jean-Yves Maisonneuve. Le bois très dur de la cornouille servait à fabriquer la cornemuse, instrument de musique auquel il a donné son nom. À l’inverse, le merisier est très connu pour les meubles mais était aussi très apprécié pour son fruit, la petite merise.

Des fruits parfois oubliés
La nature offre une grande diversité de fruits que l’on a parfois oubliée : « Jusqu’à l’arrivée de la culture fruitière, rappelle Jean-Yves Maisonneuve, la cueillette méthodique des fruits sauvages était très courante à la campagne. Depuis très longtemps, leur reconnaissance était transmise de manière empirique, leurs utilisations, leurs vertus thérapeutiques ou culinaires, leur toxicité éventuelle ». Et d’évoquer l’épine-vinette, la cornouille, la viorne, la nèfle, le sureau, la baie de genièvre… « Arrive maintenant une génération qui est en train de perdre la connaissance de ces petits fruits, semble regretter le conférencier. Aujourd’hui, on dit aux enfants de ne surtout pas manger les fruits qu’ils trouvent dans la nature parce que nous les connaissons mal ».
D’où viennent les fruits que nous mangeons ? Beaucoup de fruits répandus aujourd’hui en France sont originaires de Chine : la pêche, l’abricot, l’orange, le kiwi, la tomate également. « La tomate, fruit aujourd’hui très courant, a été longtemps considérée comme un poison, raconte Jean-Yves Maisonneuve. Ce n’est qu’en 1760 qu’elle devient, dans le catalogue Vilmorin, une plante potagère et non plus ornementale, comme elle l’était jusque-là ». Originaire de Chine aussi, l’anis étoilé ou badiane, qui est aujourd’hui utilisé dans la composition du Tamiflu, médicament utilisé pour traiter la grippe. Certains fruits viennent du continent américain, comme la fraise, apportée du Chili au 18e siècle, ou la myrtille. D’autres sont nés en Asie mineure : l’amande, la poire, la prune, le coing, la cerise, la châtaigne. La pomme, quant à elle, « viendrait du Caucase. Il en existe plus de 10 000 variétés, soulignait le conférencier. C’est le fruit le plus modifié par l’homme ».


S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Fermes en fête : le pari réussi des JA49
Après une trop longue période et un contexte qui n’a pas permis au réseau JA de se retrouver. Fermes en Fête relance la dynamique…
Terrena veut ouvrir l’ère de l’Agriculture à Impacts Positifs
L’AG de Terrena s’est déroulée mardi 15 juin, en présentiel au Centre des congrès d’Angers et avec une retransmission en live en…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture
FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.
Le congé paternité des exploitants agricoles évolue
David Poupard, président des Services de Remplacement des Pays de la Loire
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités