Aller au contenu principal

Influenza aviaire
Le niveau de risque repasse à "modéré"

Vu l'évolution favorable de la situation sanitaire concernant l'influenza aviaire, le ministère de l'Agriculture a abaissé le niveau de risque à «modéré» sur l'ensemble du territoire métropolitain.

Communes du Maine-et-Loire à risque particulier - 2020.

Le niveau de risque en matière d'influenza aviaire hautement pathogène, qui était qualifié de "élevé" depuis le 5 novembre 2020, vient d'être ramené à "modéré" d'après un arrêté paru au Journal officiel le 24 avril. « Les mesures de restrictions, en particulier la claustration, sont ainsi levées », souligne la Rue de Varenne dans un communiqué. Le nombre de nouveaux cas observés s'est fortement réduit ces dernières semaines. « Depuis le 9 avril, seuls deux cas ont été recensés en Haute-Savoie et dans le Bas-Rhin, dans des basses-cours à proximité de zones humides »; et le dernier cas en faune sauvage remonte au 
23 mars. Toutefois, des cas continuent à être détectés en Europe, notamment en Allemagne, aux Pays-Bas et au Danemark.
Seules les zones à risque particulier (ZRP, correspondant à des zones humides prisées par les oiseaux migrateurs) restent en risque «élevé». La mise à l'abri des volailles par claustration (ou filets) reste obligatoire dans les communes situées dans ces zones (cf carte ci-jointe pour le Maine-et-Loire).
La DDPP49 recommande toutefois de « rester vigilants et de maintenir une application stricte des règles de biosécurité en vigueur. La surveillance de l'état de santé des oiseaux doit se poursuivre et, en cas d'apparition de symptômes cliniques ou de baisses de production, le vétérinaire sanitaire être alerté sans délai. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois