Aller au contenu principal

Le pâturage des jachères autorisé : un impact limité

Dans un communiqué publié le 8 juillet, le ministre de l’Agriculture annonce que le pâturage des jachères est possible en raison de la sécheresse qui frappe de nombreuses régions françaises.

Xavier Beulin, Président de la FNSEA.
Xavier Beulin, Président de la FNSEA.
© AA

 

Pour cela, les agriculteurs doivent modifier leur déclaration PAC pour requalifier en prairies des surfaces initialement déclarées en jachère. Ils sont invités à le faire au travers du formulaire « modification de la déclaration des parcelles », disponible sur Télépac et auprès des DDT(M). Cette modification doit être faite par l’agriculteur au moment de la valorisation des surfaces qu’il a déclarées en jachère, indique le ministère.


Pour la FNSEA, la portée de l’annonce est très limitée. Non seulement elle ajoute de la complexité et de la paperasserie inutile et incompréhensible, mais surtout l’utilisation des surfaces en gel n’est pas sans incidence sur leur prise en compte comme surface d’intérêt écologique. « Les règles européennes indiquent sans ambiguïté qu’une parcelle ne peut pas être considérée comme une jachère lorsqu’il y a une utilisation agricole de ces parcelles. Dès lors, les surfaces valorisées ne seront pas comptabilisées par l’administration pour vérifier le respect des critères de surface d’intérêt écologique », précise le communiqué du ministère.

Dans un courrier qu’il avait adressé au ministre de l’Agriculture, quelques jours plus tôt, Xavier Beulin ne s’y était pas trompé en demandant l’autorisation de récolter le couvert des jachères et d’y faire pâturer les animaux.


En attirant l’attention sur le fait que l’utilisation des jachères devait rester sans incidence sur leur prise en compte comme surface d’intérêt écologique. Aussi préconisait-il simplement d’obtenir l’autorisation de récolter le couvert des jachères et d’y faire pâturer les animaux, en dérogation des règles d’entretien minimal fixées par la PAC.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités