Aller au contenu principal

Végétal spécialisé
Le plant potager porté par l’engouement pour le jardin

Grâce à une demande en plants potagers soutenue par l’essor du jardinage, et au maintien du commerce malgré le confinement, Alexandre Leroyer (Les Serres de Lécé) espère rattraper le manque à gagner de l’année 2020.

Alexandre Leroyer produit, avec son frère Jérôme, 3,5 millions de plants à l’année pour la coopérative Fleuron d’Anjou.
© AA

Des plants de laitues, batavias, feuilles de chêne, chicorées s’étalent à perte de vue dans les Serres de Lécé, à Sainte-Gemmes-sur-Loire. Dans cette entreprise dirigée par les frères Leroyer, c’est la pleine saison pour les salades. Une saison sur laquelle ils mettent de l’espoir. « Ce que nous souhaitons, c’est rattraper la perte de 2020. Le premier confinement et la fermeture des points de distribution avaient entraîné l’an dernier une grosse perte nette. Nos plants avaient fini à la poubelle. Pour l’instant, nous avons eu accès au PGE* mais n’avons pas  encore obtenu d’aides pour compenser ces pertes »,  rappelle Alexandre Leroyer.
Cette année, assurée de l’ouverture des points de vente même en cas de confinement, l’entreprise a mis en culture ses salades. « C’est grâce au gros travail de l’interprofession que nous avons pu obtenir le droit de continuer à commercialiser. C’est un soulagement », souligne Alexandre Leroyer.

« En plants potagers, nous avons capté de nouveaux consommateurs depuis le premier confinement. Ce qui est intéressant, c’est que cet engouement a de grandes chances de tirer le marché de la fleur derrière lui. »


Son entreprise produit, pour la coopérative Fleuron d’Anjou, environ 3,5 millions de plants de salade par an, pour une trentaine de variétés. à côté des variétés historiques comme la laitue Appia, par exemple, il trouve intéressant de proposer de nouvelles variétés : « la laitue Adelys a encore du mal à s’imposer, mais se comporte très bien en jardin ». Les Serres de Lécé produisent aussi 300 000 plants de tomates (une quinzaine de variétés) et des plants d’artichauts. Au total, cette activité plants potagers représente 25 % du chiffre d’affaires de l’entreprise, le gros de la production étant l’horticulture ornementale.
« En plants potagers, nous avons capté de nouveaux consommateurs depuis le premier confinement, souligne Alexandre Leroyer, qui est aussi vice-président de la partie horticole de Fleuron d’Anjou. Ce qui est intéressant, c’est que cet engouement a de grandes chances de tirer le marché de la fleur derrière lui. »
En ce printemps, même si la demande des particuliers est forte, le producteur reste prudent sur les quantités mises en culture. « Il faut surtout être réactif et pouvoir être présents au bon moment, car l’activité reste très météo-sensible. On travaille d’ailleurs beaucoup avec nos distributeurs pour réduire la météo-dépendance et pour que nos relations évoluent vers du partenariat  ».
S.H.
*Plan garantie Etat. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’Anjou bloque à son tour

Alors que le mouvement de colère du monde agricole s’étale désormais sur toute la France, la FDSEA et les JA49 ont entamé une…

Lisa Gourdon profite d'une pause pour reprendre de l'énergie grâce au pique nique distribué à l'échangeur de la Plesse, sur l'axe Angers-Rennes.
Mobilisée au cœur du cortège
Pour certains agriculteurs présents dans le convoi jeudi 1er février, il s'agissait de leur première manifestation. Comme Lisa…
Solidaires, les entrepreneurs bloquent l'A11

Lundi matin dès 6h, les entrepreneurs des territoires (EDT) du Maine-et-Loire ont bloqué l'A11 dans les 2 sens, entre les…

Jeudi 18 janvier, à l'appel de la FDSEA et des JA 49, des agriculteurs de tout le département se sont rassemblés devant l'usine Lactalis pour bloquer l'entrée des camions sur le site de Saint-Florent le Vieil.
Lactalis sous pression

La semaine dernière, les agriculteurs se sont mobilisés pour soutenir l'Unell, principale organisation de producteurs livrant…

Retour sur la manifestation du 1er février à Angers : opération escargot

Plusieurs centaines d'agriculteurs de la FDSEA et des JA Maine-et-Loire, jeudi 1er février, pour défendre le revenu et appeler…

Continuer à apporter des solutions pour la maîtrise des charges

L'Union des Cuma Pays de la Loire - section Maine-et-Loire a tenu son assemblée générale vendredi 26 janvier au Campus de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois