Aller au contenu principal

PORCS
Le programme recherche en filière porcine

La ferme expérimentale poursuit ses actions de recherche en 2021, sur les 2 élevages bio et conventionnel. En parallèle,elle amorce aussi avec ses actionnaires une réflexion sur les investissements pour les 5 ans à venir.

Depuis le printemps 2018, la ferme expérimentale des Trinottières élève ses porcs conventionnels dans un bâtiment sur sol ajouré
© AA

En 2021, se terminera le projet Genetruibio sur le type génétique femelle adapté au naissage plein air biologique. Depuis 2019, la ferme expérimentale porcine auto-renouvelle son troupeau de 50 truies bio avec des truies Adenia (LW x LRF) croisées avec du Landrace danois. Les mesures portent sur la prolificité, les causes de mortalité, les performances de sevrage, les poids des porcelets au sevrage. L’objectif est d’apprécier les qualités maternelles des truies tout au long de leur carrière. En parallèle, une enquête a été conduite auprès des éleveurs biologiques de la région pour mieux connaitre leurs attentes en termes de qualités des reproductrices (performances, comportement…).

L'arrêt de la castration en élevage bio 

Le projet Farinelli financé par des fonds Casdar s’intéresse à l’amélioration du bien-être des porcs mâles en élevage biologique. Deux stratégies sont explorées :
- l’élevage de mâles entiers et la valorisation de la viande issue de ces animaux,
- la prise en charge efficace de la douleur au moment de la castration.
Même si l’arrêté ministériel du 24 février 2020 devrait faciliter, d’un point de vue réglementaire, l’usage d’anesthésiants locaux par l’éleveur sur l’opération de castration, la mise en oeuvre de cette intervention en élevage bio doit être étudiée. Notre projet s’attache à prendre en compte l’ensemble des conditions de mise en oeuvre d’un ou deux protocoles dans les situations
d’élevage bio en bâtiment ou en plein air : durée d’intervention, contention, sécurité de l’opérateur. L’objectif est de produire un guide de bonnes pratiques sur la castration avec anesthésie et analgésie.

De la paille pour les porcs sur sol ajouré

Depuis le printemps 2018, la ferme expérimentale des Trinottières élève ses porcs conventionnels dans un bâtiment sur sol ajouré avec une distribution automatique quotidienne de paille broyée dans les cases. Après avoir exploré l’intérêt du raclage à plat, l’alimentation multiphase, le projet Eval porc paille s’intéresse à l’utilisation de la paille par les porcs. Différentes
quantités et fréquences d’apport seront testées pour optimiser le fonctionnement de cet équipement. Les observations portent sur les activités d’investigation des porcs sur la paille, sur
les éléments de la case ou sur les autres porcs du groupe.

*Ces programmes sont financés par la Région Pays de la Loire, l’AAP Casdar ou Inaporc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois