Aller au contenu principal

Le projet agricole du département s’élabore

La FDSEA49 et JA49 ont présenté leur vision du projet agricole départemental lors de l'assemblée générale, vendredi 16 février. Ils attendent le retour de 40 partenaires pour une finalisation à la rentrée.

© anjou agricole

Datant de 2006, le projet agricole départemental (PAD) de Maine-et-Loire avait besoin d'être renouvelé. "Les attentes de la société comme celles des agriculteurs sont aujourd'hui différentes, argumente Damien Boussiron, sous-directeur de la FDSEA49. Marqués par l'année 2022, les agriculteurs se demandent aujourd'hui comment continuer à tenir économiquement". Fruit d'un travail commun entre la FDSEA49 et JA49, un projet de PAD est en cours d'élaboration. Ses grandes lignes ont été dévoilées vendredi 16 février, lors de l'assemblée générale de la FDSEA49.

Politique foncière

Pour maintenir les actifs agricoles sur le territoire, la défense de l'installation reste primordiale. "La politique foncière du département doit y contribuer: nous voulons que 70% des outils de production soient dirigés vers l'installation, déclare Guillaume Cosneau. Et nous encourageons tous les projets dès lors qu'ils sont viables, vivables et durables :  c'est-à-dire qu'ils dégagent un revenu de 2 SMIC minimum par UTH, qu'ils prennent en compte la gestion du temps de travail et qu'ils aient un suivi post-installation".

Performance globale de l'exploitation

Pour une meilleure résilience des exploitations agricoles, tant sur le plan économique que social et environnemental, les représentants professionnels réclament "du pragmatisme" et "de la simplification administrative" notamment dans l'accès à l'eau. "Nous misons également sur la production d'énergies renouvelables et de nouvelles pratiques agricoles respectueuses du sol", ajoute Ludovic Roncin suggérant la création d'une formule pour calculer la performance globale d'une exploitation intégrant tous ces paramètres.

Acteurs des territoires

En tant qu'acteurs des territoires, les agriculteurs veulent informer et créer des liens avec les consommateurs. "Tous les moyens, tous les réseaux, toutes les bonnes idées doivent être utilisées", souligne Matthieu Herguais. Souvent engagés localement, dans des mandats pour lesquels ils se libèrent du temps, les agriculteurs ont besoin que leurs paroles soient entendues. "Sinon, prenez garde à leur épuisement", prévient-il, interpellant les élus présents dans l'assemblée.

Partenaires sollicités

En conclusion de la présentation, Ludovic Roncin a rappelé que les agriculteurs du Maine-et-Loire veulent combiner "esprit d'entreprendre et respect de l'environnement""Mais le bon sens doit aujourd'hui reprendre le dessus", affirme-t-il. Le projet de PAD devrait être envoyé fin mars à une quarantaine de partenaires afin qu'ils expriment leurs remarques. Les syndicats espèrent une validation en juillet pour une signature lors de Festi'Élevage, à la rentrée prochaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois