Aller au contenu principal

Dégâts de gibier
Le ras le bol face aux sangliers

Les agriculteurs du secteur de Feneu interpellent la DDT et les chasseurs.

Les agriculteurs attendent un Plan national de maîtrise du sanglier. Une réunion, à l’initiative de la FDSEA, est programmée le 2 décembre à Feneu.
Les agriculteurs attendent un Plan national de maîtrise du sanglier. Une réunion, à l’initiative de la FDSEA, est programmée le 2 décembre à Feneu.
© AA

Les sangliers deviennent persona non grata dans le Maine-et-Loire en raison des dégâts occasionnés sur les cultures et prairies. Cette situation dé-
noncée par la FDSEA depuis longtemps atteint ses limites : 300 sangliers tués par an il y a vingt ans, désormais on en tue entre 2 500 et 3 000 avec des dégâts proportionnels. Dernièrement, ce sont les communes situées au nord d’Angers (Feneu, Sceaux, Écuillé, Thorigné…) qui ont été touchées, notamment lors des semis de blé. Les agriculteurs sont exaspérés car cela oblige à ressemer et engendre des coûts supplémentaires.
Pour Jacky Terrien, responsable de la section Chasse à la FDSEA, la situation doit bouger : « On nous a promis un Plan national de maîtrise du sanglier et on ne voit rien venir ». Aussi à l’initiative de la FDSEA, une réunion avec la DDT et la Fédération de Chasse est programmée jeudi 2 décembre à 11 h, à Feneu (salle derrière la mairie) afin d’exposer la situation et trouver des solutions urgentes. Vu le contexte agricole actuel, les agriculteurs n’ont pas besoin de cela.

Damien Boussiron

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités