Aller au contenu principal

Le retour des gelées d’avril rappelle le scénario 2021

Le Maine-et-Loire n'a pas échappé aux gelées de ce week-end. Arboriculteurs et viticulteurs ont déployé leur arsenal anti-gel pour sauver leur production. Difficile encore de mesurer l’ampleur des dégâts

Aucun secteur du département n’a été épargné par le gel ce week-end. Les arboriculteurs ont particulièrement dû mettre en place des dispositifs de lutte anti-gel pendant 2 nuits : celle du samedi 2 au dimanche 3 avril et celle du dimanche 3 au lundi 4 avril. Cette nuit-là, les températures sont descendues jusqu’à - 6°C dans l’est du département...
A Ste Gemmes-sur-Loire, les Vergers Bellard-Crochet ont tiré les leçons des épisodes de gel d’avril 2021. La micro-aspersion couvre près de 60 % de la surface. « Depuis l’an dernier, nous avons augmenté de 3,4 ha la surface de micro aspersion », explique Edith Emerau, l’une des associés de l’exploitation. Tours anti-gel et bougies complètent le dispositif anti-gel de l’exploitation. Presque la totalité des 45 ha de verger répartis sur 2 sites différents peut être protégée. « L’an dernier, nous avons dû intervenir une dizaine de nuits, se souvient-elle. Nous n’étions pas structurés et cela avait engendré de la fatigue dans nos équipes. » Comme le gel revient de manière récurrente, les vergers ont décidé de mieux se structurer. « Dorénavant, nous avons des équipes avec 2 niveaux d’intervention. L’équipe de base composée de 3 personnes s’occupe de la mise en place de l’aspersion et des tours anti-gel sur Bouchemaine puis sur St Gemmes sur Loire. S’il y a besoin d’allumer les bougies, l’équipe de base appelle l’autre équipe pour venir en renfort. » L’idée étant avec cette nouvelle organisation de préserver les équipes et d’intervenir de manière plus efficace. Toutes les équipes sont intervenues les 2 nuits. « Les effets de la protection sont visibles mais on ne peut pas encore mesurer... Il y a l’aspect quantitatif puis qualitatif que nous ne mesurerons qu’au moment de la récolte... »   
 

Des dégâts en Pink Lady
L’arboriculteur de Mouliherne, Nicolas Hervé, reste aussi prudent sur les premières estimations de dégâts. Sur 85 ha, il produit des pommes et des poires. La moitié de la surface est couverte de moyens de lutte. « Là où il y a de l’aspersion, il n’y pas de dégâts ».  Mais les tours éoliennes et les bougies n’ont probablement pas été suffisantes pour remonter la température dans la nuit du dimanche 3 au lundi 4 avril. « On est descendu jusqu’à - 5,5°C. » Sur les surfaces non protégées, les dégâts sont réels. « En Pink Lady, 60 à 70 % des fleurs ont gelé », déplore l’agriculteur. C’est un coup dur pour l’arboriculteur qui l’an dernier n’a récolté que 1 800 t de pommes contre un potentiel de 3 000 t. 30 % étaient partis à la transformation. « On ne pourra pas se permettre de vivre la même chose une année supplémentaire...»

Des poires plus sensibles
Au Verger des clos à Trélazé, Jean-Laurent Laval produit principalement des poires sur les 12 ha de l’exploitation. « Le stade phénologique était avancé pour certaines variétés comme la conférence et la williams. Elles sont sensibles au gel entre - 1°C et 1,5°C. On est descendu à - 3,5°C... » L’aspersion et des bougies permettent de protéger la moitié du verger. « Tout a été déployé dans la nuit de dimanche à lundi. Cela a permis de limiter les dégâts. » Mais sur les surfaces sans protection, l’agriculteur n’est pas optimiste. « Certaines variétés ont  100 % gelé. Pour d’autres, comme la comice ou la sweet tentation, je suis moins pessimiste. » Echaudé par l’épisode de gel en 2021, l’arboriculteur va redimensionner son réseau d’irrigation pour pouvoir faire de l’aspersion sur davantage de surface en simultané. « J’ai suffisamment d’eau pour me le permettre ».
Tous les arboriculteurs restent « sur le pied de guerre tant que le mois d’avril n’est pas terminé », note l’agriculteur de Trélazé. « Les alertes des stations météo sont toujours prêtes à sonner pour qu’on puisse intervenir si besoin », complète Nicolas Hervé.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois