Aller au contenu principal

Viticulture
Le robot électrique Bakus réalise en autonomie les travaux du sol

Le domaine Saint-Anne a investi cet hiver dans un robot viticole électrique Bakus, de chez Vitibot. Ce nouvel équipement  vient répondre à des problématiques environnementales et de main-d’œuvre.

Ce matin de début mai, un voisin vient voir le fonctionnement de Bakus qui travaille dans des rangs de sauvignon blanc et chardonnay. L’engin suscite la curiosité. Vignerons à Brissac Loire Aubance, Florian et Boris Brault sont en effet les premiers de Maine-et-Loire à s’équiper d’un enjambeur de la marque champenoise Vitibot, distribué par Modema Agri de Martigné-Briand, en collaboration avec la société V3 Tec, concessionnaire agréé Vitibot. Un investissement lourd pour les deux jeunes associés, qui ont repris au
1er janvier dernier la tête d’un domaine familial depuis 7 générations. Entre le robot, les outils, le porte-charge pour emmener le robot dans les vignes, la cartographie des parcelles, la maintenance, il faut compter un budget de 206 000 euros HT.  L’exploitation devrait toucher environ 20 000 euros par le PCAE.
Qu’est-ce qui a motivé les deux frères à franchir le pas ?  Florian Brault avance plusieurs raisons : « la première est l’obsolescence programmée du glyphosate. Un jour ou l’autre, l’interdiction va tomber, alors plutôt que de se retrouver au pied du mur, on s’est dit qu’il serait plus intelligent d’anticiper les choses ! Il y a aussi les difficultés que nous rencontrons à trouver de la main-d’œuvre, et enfin le goût pour la nouveauté, et la volonté d’accompagner le changement de mentalités sur les pratiques viticoles ».
L’arrivée du robot inaugure une nouvelle ère pour l’exploitation : « jusque là, nous étions en désherbage chimique, nous n’avions jamais travaillé le sol. Nous avons noué un partenariat avec la concession Modema Agri, qui nous apprend à travailler le sol et à utiliser de manière efficace ce nouvel outil. » Les vignerons se sont fixés un objectif de 4 passages par an. Le robot a été acheté le 12 décembre dernier et a réalisé un buttage du cavaillon. Début mai, il a fait un passage de lame intercep et doigts Kress pour désherber. Un 3ème passage  est prévu en juillet ou août.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois