Aller au contenu principal

SNFM
Le statut du fermage garant de la compétitivité

La Section nationale des fermiers et métayers était en congrès les 10 et 11 février.

© AA

Le statut du fermage est la clé de voûte de l’agriculture, a-t-on rappelé lors du 62e Congrès de la Section nationale des fermiers et métayers (SNFM) de la FNSEA, à Montrond-les-Bains, dans la Loire.
La Section nationale des fermiers et métayers de la FNSEA, en congrès les 10 et 11 février, l’a redit : le statut du fermage est incontournable. Plus de 70 % de la surface agricole utile sont exploités en faire-valoir indirect, et la tendance est toujours à la hausse. Selon la SNFM,  sur le terrain, et au quotidien, le statut du fermage prouve son efficacité, en étant moderne et en répondant aux attentes actuelles. Pour autant, les attaques permanentes dont il fait l’objet démontrent l’équilibre encore précaire trouvé entre bailleurs et preneurs.
Bernard Saget, le président de la SNFM, a rappelé donc, lors de ce congrès, son  attachement à la défense de ce statut et de ses grands piliers.

Sécurité juridique et compétitivité
Le statut du fermage s’est adapté aux besoins de l’agriculture en recherchant à assurer la stabilité des entreprises agricoles, pour faciliter les investissements du preneur. L’outil initial de 1946 a  évolué tout en conservant les grands piliers capables d’assurer à l’agriculture une base juridique stable et durable.
La SNFM entend poursuivre dans cette direction car le statut du fermage doit demeurer la règle universelle pour toutes les mises à disposition de foncier. En effet, la garantie juridique est aussi une garantie économique pour l’ensemble des filières.
La Section nationale estime aussi que le fonds agricole issu de la Loi d’orientation agricole de 2006, permet de responsabiliser le fermier. Celui-ci devient entièrement responsable de la cession de son entreprise, il peut donc investir en connaissance de cause afin d’améliorer le revenu dégagé par l’exploitation.

Agriculteurs professionnels
La SNFM s’interroge en outre une nouvelle fois : faut-il un statut d’agriculteur professionnel pour accompagner l’accès à la profession ? Compte tenu de la situation économique, des attentes des citoyens, des consommateurs, les agriculteurs doivent être de vrais professionnels capables de faire face à la complexification administrative et aux contraintes sanitaires croissantes. « Ils sont en fait des chefs d’entreprise au même titre que les artisans ou les commerçants », défend la Section des fermiers et métayers de la FNSEA.
Enfin, elle s’oppose avec force à la généralisation des clauses environnementales à tous les baux ruraux, hypothèse jugée contraire à la logique écologique, et qui romprait l’égalité entre les exploitants en faire-valoir
indirect et les propriétaires exploitants. Pour la SNFM, il est fondamental que la préservation de l’environnement continue d’être liée à un zonage et qu’elle s’impose aux agriculteurs de cette zone, fermiers ou non.

actuagri

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités