Aller au contenu principal

Le végétal au château d’Angers

À l’occasion du 600e anniversaire de la naissance du roi René, le château d’Angers et les professionnels du monde végétal organisent au cours des mois de juillet et d’août l’exposition “Le végétal du Moyen Âge et d’aujourd’hui”.

Pierre Frasez, jardinier du château d’Angers, assure tous les jours une visite guidée des plantes du Moyen Âge.
Pierre Frasez, jardinier du château d’Angers, assure tous les jours une visite guidée des plantes du Moyen Âge.
© Anjou agricole

À l’occasion du 600e anniversaire du roi René, les professionnels du végétal s’associent au château d’Angers pour exposer “le végétal du Moyen Âge et d’aujourd’hui”. Au cours des mois de juillet et d’août, une exposition de végétaux actuels est présentée dans l’enceinte de la forteresse et permet au public de découvrir les produits des filières du végétal spécialisé : horticulture ornementale, arboriculture fruitière, maraîchage, semences, plantes médicinales et aromatiques notamment. Cette exposition d’une trentaine de plantes décoratives, d’une vingtaine d’arbres fruitiers ainsi que d’une vingtaine de légumes différents est organisée par Végépolys, Terre des Sciences et de nombreux partenaires parmi lesquels l’Inra, la société d’édition végétale Sapho, Fleuron d’Anjou, Phytolia, le Gnis et InterLoire. Pour l’instant, le succès de l’opération est timide, mais le nombre de visiteurs augmente de jour en jour. Durant toute la durée de l’exposition, le public pourra également découvrir le patrimoine végétal du château. « L’objectif est aussi de présenter les 130 plantes anciennes et l’horticulture angevine qui ornent le château depuis le XVe siècle, souligne Pierre Frasez, jardinier au château d’Angers. Le goût de René d’Anjou pour l’aménagement des jardins et l’introduction de plantes nouvelles va de pair avec son esprit ouvert, voyageur et érudit ». De cette grande curiosité, l’horticulture angevine a fait son mythe fondateur. Le roi René, qui était duc de Bar, duc de Lorraine, duc d’Anjou, comte de Provence et roi de Sicile, a effectivement importé quantité de plantes au château. On distingue les plantes tinctoriales, telles la Gaude ou la Garence, qui servaient respectivement de teintures jaune et rouge, les plantes médicinales (la Lavande Vera, la fève) et les plantes de sorcellerie (la Cigüe, la Mandragore). « Il y a une histoire derrière chacune de ces plantes, précise Pierre Frasez. Prenons le micocoulier : c’est le premier arbre importé en France par le roi René ». Le micocoulier fut importé du bassin méditerranéen vers 1450. 

F. F.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités