Aller au contenu principal

Le végétal face au changement climatique

Jeudi 29 avril, le pôle de compétitivité, Vegepolys valley a tenu son assemblée générale en visioconférence.

Comment faire face au changement climatique ? C’est autour de cette question que se sont réunis Séverine Darsonville, présidente du Vegepolys Valley et agricultrice dans le Puy de Dôme (63), Emmanuelle Chevassus-Lozza, présidente du centre Inrae Pays de la Loire et Philippe Retière, président de la Fédération des Maraîchers nantais. « La réponse n’est pas simple à trouver...  Le climat devient assez extrême. Globalement, le climat était une constante pour nous agriculeurs, souligne Séverine Darsonville. Aujourd’hui, il est devenu une variable... Nous cherchons des solutions pour vivre de notre métier et avoir de la stabilité dans nos exploitations. »
« Le changement climatique est la 1ère priorité dans l’orientation stratégique de l’institut de recherche », note Emmanuelle Chevasus-Lozza. La recherche s’attelle à cette problématique sur 3 aspects : l’impact, l’adaptation et l’atténuation. En attendant une innovation de rupture, l’agriculture cherche des solutions abordables et pragmatiques.
 

Une gestion de l’eau à repenser
La ressource en eau semble un élément clé pour atténuer les effets du changement climatique. « Nous devons repenser complètement le schéma de gestion de l’eau. » Une vision partagée par Philippe Retière. « Le maraîchage est souvent remis en question par rapport à  ses pratiques sur l’usage de l’eau. Or, l’eau, chez nous, c’est environ 40 minutes du débit de la Loire pour l’ensemble de l’année. Cela représente peu. La société doit comprendre que pour produire des légumes, il faut de l’eau et que l’on ne peut pas s’en passer. Nous faisons déjà beaucoup d’efforts. On intègre dans nos dispositifs tous les capteurs possibles (sondes capacitives, capteurs pour les flux de sève) qu’on rassemble pour faire des data et créer des références locales. »

L’intêret de couvrir des cultures
Pour le président des Maraîchers nantais, la couverture des cultures semble une des réponses pour réduire l’impact du changement climatique. « Etre couvert, c’est apprendre à suivre le végétal, le connaître, pouvoir interférer sur sa croissance, pouvoir être efficient sur l’usage de l’eau. On utilise 5 à 6 fois moins d’eau sous abri. On consomme 7 à 8 fois moins  d’intrants avec un couvert de protection des cultures. Aujourd’hui, on a surtout besoin de reconnaissance de la société. »
Séverine Darsonville voit le développement de nouvelles cultures et de nouvelles pratiques comme un levier à actionner. « Certaines cultures peuvent être plus adaptées au nouveau climat », note Séverine qui produit depuis peu de la lavande bio sur son exploitation. « Le travail du sol est aussi un enjeu majeur dans le stockage du carbone. C’est un levier assez facile et rapide à mettre en place sur les exploitations. Il faut travailler sur une plus grande stabilité et couverture des sols pour mieux résister à l’érosion.»

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’automate simplifie l’alimentation des bovins et aussi des caprins
Lors d’un webinaire organisé par le Lely Center Cholet, le Gaec de la Lisière du bois a témoigné de son utilisation d’un robot…
Fermes en fête : le pari réussi des JA49
Après une trop longue période et un contexte qui n’a pas permis au réseau JA de se retrouver. Fermes en Fête relance la dynamique…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Terrena veut ouvrir l’ère de l’Agriculture à Impacts Positifs
L’AG de Terrena s’est déroulée mardi 15 juin, en présentiel au Centre des congrès d’Angers et avec une retransmission en live en…
Deux projets de loi cruciaux pour l’agriculture
FDSEA et JA  ont rencontré les parlementaires sur deux dossiers majeurs du moment examinés  par l’Assemblée nationale et le Sénat.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités