Aller au contenu principal

Végétal spécialisé
Le verger maraîcher de l’Institut Agro contribue à la transition écologique

A l’Institut Agro, à Angers, le système jardin-verger est un véritable laboratoire à ciel ouvert animé par des étudiants et support de recherche.

Ce verger agro-écologique associe arboriculture et maraîchage, sur environ 1 500 m2.
© AA

Pédagogie, recherche, contribution à la transition agro-écologique, création de liens… Le verger maraîcher de l’Institut Agro remplit plusieurs missions. Ce projet a été initié en 2015 par un groupe d’étudiants très motivés, qui y consacrent pas moins d’une après-midi par semaine pendant une année scolaire, ainsi que des équipes techniques et des enseignants.
Un verger en agriculture conventionnelle existait au sein de l’école, où toute utilisation de pesticides avait été cessée depuis 2010. L’idée a consisté à le transformer en verger agro-écologique, qui associe désormais arboriculture et maraîchage, sur environ 1 500 m2. Ce  verger maraîcher est géré par un petit club d’étudiants, qui se renouvelle chaque année. Ils y travaillent chaque jeudi après-midi, qui est à l’Institut Agro une demi-journée sans cours, consacrée généralement à des activités sportives ou culturelles. « Ce qui est intéressant d’un point de vue pédagogique, c’est que les étudiants plus âgés forment et encouragent les plus jeunes », souligne Josiane Le Corff, enseignant-chercheur de l’Institut Agro.


Une vitrine des spécificités de l’école
« Les principaux objectifs du verger maraîcher sont d’être une vitrine des spécificités de l’établissement, l’horticulture et le paysage, a expliqué Mickael Delaire, enseignant-chercheur de l’Institut Agro, à un groupe de chercheurs du monde entier participant au congrès de l’IHC. Il a aussi comme buts d’optimiser les processus de régulation agro-écologiques, de s’adapter au changement climatique, de constituer un lieu d’expérimentation et d’innovation, et enfin de devenir un lieu de convivialité ».
Le projet s’est passé en plusieurs étapes : les étudiants ont d’abord effectué un état des lieux des arbres, du sol et de la biodiversité. Ils ont ensuite discuté sur le choix des techniques et des végétaux pour les planches de maraîchage, sur les méthodes d’irrigation, sur la fertilisation…


Impact des arbres sur les cultures
Leur objectif était de promouvoir la biodiversité et de tenir compte de l’impact des arbres sur les cultures, et des cultures sur les arbres. Puis est venue l’étape de plantation et production proprement dite, suivie d’une dernière étape d’observations et de mesures, destinée à comprendre les interactions entre arbres et cultures maraîchères. à travers ce projet, c’est une pédagogie dans l’action qui se met en place. Les étudiants sont directement et très concrètement exposés à des soucis de production, de prédateurs, de mauvaises herbes. « S’il se trouvent confrontés à des problèmes, ils viennent nous trouver pour que nous discutions et cherchions ensemble des solutions », détaille Mickaël Delaire.


Et bientôt, une forêt comestible
à côté de ce verger maraîcher, une autre parcelle d’environ 2 000 m2 est, elle, une forêt comestible en devenir, appelée encore en anglais “garden forest”. Elle n’a encore de forêt que le nom puisque les jeunes arbres ont été plantés à l’automne dernier. Le principe ? Au lieu d’un verger standard disposé en rangs, les étudiants ont imaginé et dessiné une forêt avec des blocs carrés composés de différents mélanges d’arbres fruitiers, d’arbustes, des légumes et de plantes ou arbres fixateurs d’azote. Un bloc sera, quant à lui, consacré à un espace détente.
S.H.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Allier fissuration et couverts végétaux
Le CER FRANCE Maine-et-Loire, le constructeur Actisol et le concessionnaire Modema Agri ont organisé le 13 septembre une journée…
L’inflation plombe son exploitation
Les éleveurs de bovins allaitants sont affectés par une hausse continue des charges depuis plusieurs mois. à Cherré, le jeune…
Bâtir une nouvelle vie autour de son élevage caprin
Au May sur Evre, Mélanie Canivet et Aurélien Rivet sont éleveurs caprins bio depuis le 1er août 2021. A la chèvrerie…
Des farmers irlandais et australiens à Festi’élevage
Des Irlandais et des Australiens, passionnés par la race parthenaise, avaient fait le déplacement au National de la race, à Festi…
Deux foyers cette semaine dans le Maine-et-Loire
Nous n’avions plus connu cela depuis le printemps dernier et la vague d’Influenza qui avait submergé l’Ouest du Maine-et-Loire .…
Rentrée explosive sur le prix du lait
Face à un prix du lait jugé insuffisant, FDSEA et JA demandent des hausses sans délai.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois