Aller au contenu principal

Elevage
A l'EARL de la Porterie, des prairies multi-espèces naturellement riches en azote

Eleveur à Loiré, Jérôme Gaudin a développé un système herbager avec l’objectif de ne dépendre que très peu des achats extérieurs. Notamment l’engrais.

Dans l’exploitation de Jérôme Gaudin, 85 hectares sont constitués de prairies multi-espèces.
© AA

Un reportage dans le cadre de Festi'élevage 2022.

« Limiter les intrants au maximum, c’est vraiment une priorité. Si je pouvais me passer de fioul, ce serait l’idéal mais je n’ai malheureusement pas encore de solution ! », lance Jérôme Gaudin, de l’EARL de la Porterie. Installé depuis
25 ans sur une ferme familiale, l’éleveur naisseur-engraisseur et sélectionneur en rouge des prés cherche à optimiser le plus possible son système. Grâce, notamment, à une conduite sur deux périodes strictes de vêlages, des vêlages précoces, une chasse systématique aux “UGB improductifs”.
Il s’inspire largement de la conduite de la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou. « Je me suis dit, si la ferme expé arrive à atteindre l’autonomie en bio, pourquoi ne pourrais-je pas aussi y parvenir, en conventionnel ? » L’éleveur a alors décidé de faire du « copié-collé de Thorigné » en matière de prairie. « Il y a une dizaine d’années, j’ai commencé à implanter 51 % de légumineuses ». Le résultat de ce choix a été net : des fourrages de qualité, une amélioration des performances de production laitière des vaches, et par là-même des performances de croissance des veaux avant sevrage, ce qui a permis de réduire la durée de l’engraissement.


Zéro azote minéral sur prairies
En termes de fertilisation, plus aucun apport d’azote minéral n’est nécessaire sur les prairies, qui sont toutes multi-espèces, semées sous couvert de méteil (triticale, pois, vesce). L’azote est apportée par les légumineuses. La fertilisation des prairies est assurée par le fumier de l’exploitation, à raison de 12 tonnes /ha chaque année. « Mais ce n’est pas systématique, il y a des années où l’on ne met rien », précise Jérôme Gaudin.
Les surfaces en céréales, quant à elles, se sont agrandies récemment, passant de 20 à 40 ha, car l’exploitant a pu reprendre de nouvelles terres : « Désormais, je suis autonome en paille, ce que je ne pouvais pas jusqu’ici ». La fertilisation des céréales est anticipée 2 ans avant le semis, par l’épandage de fumier à 15 t/ha. Sur la culture proprement dite, il fait 3 apports classiques d’azote sur blé. Cette année, 130 U, pour un rendement de 70 qx/ha. L’agriculteur cultive aussi beaucoup de triticale, au rendement « deux fois supérieur en paille », et moins gourmand en azote (110 unités cette année, pour un rendement de 70 qx/ha aussi). Ce triticale est autoconsommé dans l’élevage. Les apports sont restreints : « avec le prix de l’azote, on ne sort pas un sac d’engrais sans mesurer les reliquats », souligne l’agriculteur, qui raisonne ses épandages grâce à la technologie Farmstar.

Lire la suite dans l'Anjou agricole du 2 septembre 2022.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Lisa Gourdon profite d'une pause pour reprendre de l'énergie grâce au pique nique distribué à l'échangeur de la Plesse, sur l'axe Angers-Rennes.
Mobilisée au cœur du cortège
Pour certains agriculteurs présents dans le convoi jeudi 1er février, il s'agissait de leur première manifestation. Comme Lisa…
"L'agriculture est un carrefour de rencontres"

Hélène Martin-Touchet était l'une des dix agricultrices mises en avant dans le cadre des deuxième rencontres du…

Retour sur la manifestation du 1er février à Angers : opération escargot

Plusieurs centaines d'agriculteurs de la FDSEA et des JA Maine-et-Loire, jeudi 1er février, pour défendre le revenu et appeler…

Continuer à apporter des solutions pour la maîtrise des charges

L'Union des Cuma Pays de la Loire - section Maine-et-Loire a tenu son assemblée générale vendredi 26 janvier au Campus de…

Résultats des concurrents angevins au Salon de l’agriculture

Voici les premiers résultats des élevages du Maine-et-Loire présents au salon. Le CGA des animaux se poursuit en cette fin de…

Hugues Sauloup
Grâce à la force du réseau nous avons mené une opération bien cadrée

Quand la mobilisation des agriculteurs a-t-elle commencé dans le nord-ouest du département et comment s'est-…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois