Aller au contenu principal

Maraîchage
« L’eau, indispensable à nos productions »

Dans une exploitation diversifiée comme celle d’Arnaud Lévêque, à Allonnes, la gestion de la ressource en eau est une préoccupation permanente.

Arnaud Lévêque, maraîcher à Allonnes.
© AA

L’exploitation d’Arnaud Lévêque, l’EARL de la Motte à Allonnes, repose sur 3 productions principales : les légumes, les semences sous abri, les plants de poireaux.  « On sécurise nos productions avec des contrats, on cherche aussi à diversifier nos revenus », explique le maraîcher qui doit honorer les commandes de nombreux clients. Depuis son installation en 1999, il n’a eu de cesse de développer l’exploitation, qui fait vivre aujourd’hui 5 personnes à temps plein (Arnaud Levêque, sa femme, et trois salariés permanents). Il emploie aussi une vingtaine de saisonniers, 4 mois par an. Les carnets de commande sont plutôt bien remplis, la crise sanitaire ayant favorisé la demande de légumes et de semences et plants. Ce qui préoccupe Arnaud Lévêque, c’est la question de la disponibilité en eau, indispensable aux cultures spécialisées : « ici, sur nos terres sableuses, une exploitation sans volume d’eau attribué ne vaut rien  ! ». Sur son exploitation, il lui faut grosso modo, chaque année, 60 000 m3 d’eau. Même si les besoins sont accrus en été, il irrigue tout au long de l’année, à partir de 10 points de prélèvement : 8 forages en nappe alluviale et 2 forages liés à une petite réserve.


Engagé pour la gestion de l’eau
D’un point de vue individuel mais aussi collectif, car l’eau est l’affaire de tous, le maraîcher prend la question à bras-le-corps : il est administrateur au CDDL (Comité départemental de développement légumier), à l’association des irrigants du Bassin versant de l’Authion et à l'OUGC (Organisme unique de gestion collective) de l'irrigation du bassin de l'Authion (la mission de l'OUGC est confiée à la Chambre d'agriculture).
L'exploitation d'Arnaud Lévêque est située dans le périmètre de l’Unité de gestion des Trois Rus, où s'alimentent une petite centaine d'irrigants. « C’est dans cette unité de gestion que la situation est la plus critique, puisque le bassin est déficitaire. Les volumes disponibles déterminés par le Sage Authion sont nettement inférieurs à ce que les irrigants utilisent réellement », explique le maraîcher. « Les irrigants doivent atteindre le volume prélevable d’ici 2024 ». Pour faire face à cette échéance et alors que les étés, de plus en plus secs, s’accompagnent de restrictions d’usage de l’eau, plusieurs projets sont en réflexion, comme des retenues collinaires. Une étude est aussi en cours pour la création d'un réseau collectif d’irrigation, qui serait alimenté à partir d'une unité de gestion excédentaire.


Des arbitrages à effectuer
Dans le cadre de la gestion collective, les irrigants envoient chaque année leur prévisionnel à l'OUCG, qui est chargé de la répartition des volumes prélevables. Ils reçoivent ensuite une autorisation. Et parfois, cela nécessite de faire des choix : « il y a deux ans, témoigne Arnaud Lévêque, j’ai renoncé à semer un demi-hectare de carottes parce que je savais que je n’avais pas le volume d’eau nécessaire pour les produire. C’est inquiétant pour la pérennité des exploitations  ! ».
Cette année, le maraîcher a  sollicité un peu plus de volume d’eau, car il s’est lancé dans les plantes médicinales. « Si ma demande de volume n’est pas acceptée, je devrai m’adapter. Je réduirai certaines autres productions, je privilégierai celles qui sont les plus rémunératrices ».
Une chose est sûre, il est de plus en plus attentif aux économies d’eau et a mis en place le goutte-à-goutte dans les tunnels de semences. Il a testé les sondes capacitives avec le CDDL et envisage d’investir à l’avenir dans ce type d’équipement pour une gestion plus fine de l’irrigation. Mais le professionnel se sent « freiné dans (son) développement ».

S.H.

« L’eau, indispensable à nos productions »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Souveraineté alimentaire : j’invite tous les agriculteurs à se connecter le 18 mai
En vue du colloque sur la souveraineté alimentaire qui aura lieu le 18 mai, en présence d'Emmanuel Macron et Julien Denormandie,…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités