Aller au contenu principal

Ovins
L’élevage Charbonnier a toujours la cote

À Montilliers, les frères Charbonnier, éleveurs de rouge de l’Ouest, n’ont pas de difficultés à valoriser le travail génétique de l’élevage.

© Le Gaec Charbonnier communique régulièrement sur sa page Facebook sur l’actualité de l’élevage. Par exemple, en ce moment, c’est la période de mise-bas.

« Chaque année, le champion mâle du salon de l’Agriculture est vendu à des acheteurs étrangers », explique Damien Charbonnier, éleveur-sélectionneur de moutons Rouge de l’Ouest. A Montilliers, avec son frère Matthieu, il élève 135 brebis. L’absence de salon sera donc « une perte sèche », constate cet habitué des concours. Avec les restrictions sanitaires, l’élevage n’a pas pu se rendre non plus en novembre à l’interrégional de Poitiers. Prochain concours ? « Normalement, nous participerons à l’interrégional à Parthenois en septembre 2021. » Sauf si le Covid en décide autrement…

« Comme les cours de viande d’agneau sont très favorables, les éleveurs ont investi dans de nouveaux reproducteurs. La conjoncture, c’est le nerf de la guerre... »

Le Gaec n’est, pour autant, pas inquiet. « Nous avons fait une très bonne année en 2020 ». 80 % de la production a été commercialisée pour la reproduction et seulement 20 % pour la boucherie. « Comme les cours de viande d’agneau sont très favorables, les éleveurs ont investi dans de nouveaux reproducteurs. La conjoncture, c’est le nerf de la guerre... » Avec ce contexte favorable, Damien Charbonnier constate aussi la création de petits troupeaux de moutons.
« En général, ce sont des éleveurs passionnés qui aiment particulièrement la génétique », constate l’agriculteur de Montilliers. La notoriété de l’élevage des frères Charbonnier est telle que les réservations des animaux affluent dès le mois décembre. « En janvier, déjà 70 % des femelles sont déjà réservées ». Les ventes se déroulent de juin à septembre. Les acheteurs ? « Ils se déplacent de toute la France : Lot-et-Garonne, Seine-Maritime, Mayenne… Même de la Corse ! C’est bien la preuve que la Rouge de l’Ouest est une race qui s’adapte à tous les climats. » L’élevage vend aussi à l’étranger : « beaucoup en Belgique, en Irlande et en Grande Bretagne. » En l’absence de concours, l’élevage de rouge de l’Ouest continue sa promotion sur Facebook et son site internet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Le système lisier leur allège la tâche
Au Fief-Sauvin (Montrevault-sur-Evre), le Gaec des Mardreaux a choisi de passer d’un système logettes paillées à un système tout…
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités