Aller au contenu principal

L’élevage du veau, un enjeu sanitaire et économique

Plus de 140 personnes ont participé, jeudi 15 décembre au Théâtre-Foirail de Chemillé-en-Anjou, à une journée sanitaire bovine organisée par le GDS et le GTV* de Maine-et-Loire.

Clara Bourel, vétérinaire au GDS de Maine-et-Loire, a rappelé l’importance des premiers mois d’élevage : 
« toute la croissance qui ne se fait pas avant 7 mois ne peut pas être rattrapée ».
Clara Bourel, vétérinaire au GDS de Maine-et-Loire, a rappelé l’importance des premiers mois d’élevage :
« toute la croissance qui ne se fait pas avant 7 mois ne peut pas être rattrapée ».
© AA

« Normalement, l’objectif de mortalité sur veaux en élevage bovin devrait être de moins de 5 %. Or, en France on explose les scores : 8 % de mortalité en limousines, 14 % en rouges des prés, 13 % en prim’holstein, 11 % en normande...». Ces chiffres, cités en ouverture de la journée sanitaire par la vétérinaire Clara Bourel, ont incité le Groupement de défense sanitaire de Maine-et-Loire (GDS) à consacrer une journée à la santé du veau. Diminuer les pertes à la naissance, avoir des veaux en bonne santé, c’est une des clés de réussite de l’élevage. Le gds a essayé d’estimer les pertes économiques engendrées par une mauvaise santé du veau : « on estime la perte financière à environ 1 000 euros par élevage en allaitant (pour 65 vêlages) et 840 euros par élevage en élevage en lait (pour 70 vêlages) », précise Clara Bourel. Ce calcul concerne les pertes visibles, traitements, frais vétérinaires, mortalité, mais il faut aussi tenir compte des frais invisibles, la face cachée de l’iceberg : les retards de croissance, les performances animales diminuées, le temps de travail augmenté, une perte du potentiel génétique, etc.

Passer du curatif au préventif
Réussir la phase 0-6 mois est essentiel pour la rentabilité de l’élevage, parce que « toute la croissance qui ne se fait pas avant 7 mois ne peut pas être rattrapée, souligne la vétérinaire. Ce que l’on rattrape ensuite, on le rattrape avec du gras ». Elle conseille de se donner des objectifs de poids pendant les premiers mois. Par exemple en lait, « chercher à atteindre les 200 kg à six mois ».

 

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 23 décembre 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Souveraineté alimentaire : j’invite tous les agriculteurs à se connecter le 18 mai
En vue du colloque sur la souveraineté alimentaire qui aura lieu le 18 mai, en présence d'Emmanuel Macron et Julien Denormandie,…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités