Aller au contenu principal

Interview
L’enjeu : un nouveau contrat de plan à partir de 2014

Alain Denieulle, président du GIE Élevage des Pays de la Loire.

“En 2012, l’enveloppe du GIE va légèrement diminuer par rapport à celle de 2011, mais reste conséquente”, explique Alain Denieulle. 
“En 2012, l’enveloppe du GIE va légèrement diminuer par rapport à celle de 2011, mais reste conséquente”, explique Alain Denieulle. 
© AA

Le GIE Élevage régional a tenu son assemblée générale le 6 avril à Angers devant une centaine de participants.

Quel est le rôle du GIE ?
Alain Denieulle : C’est une structure régionale qui propose et gère les aides du Contrat de Plan État-Région. Ces aides, qui vont de l’appui technique collectif à l’aide pour des investissements individuels, sont très appréciées par les éleveurs et répondent aux objectifs partagés de l’État et du Conseil régional. C’est une structure professionnelle très large, constituée des organisations professionnelles agricoles (syndicalisme, Chambres d’agriculture, coopératives et organisations de producteurs) mais aussi des industriels de la viande et du lait, des organisations techniques d’élevage (contrôle laitier, GDS, …). Ainsi tous les partenaires des filières travaillent ensemble. Le GIE fonctionne par section, chaque section travaille sur une production ; nous en avons huit, y compris une section apicole.

Quelques exemples d’aides qui sont gérées par le GIE ?
C’est le GIE, par exemple, qui gère l’appui technique individuel et collectif aux éleveurs pour les bâtiments et les produits fermiers, qui gère les aides pour améliorer les pratiques d’élevage et les conditions de travail pour de nombreuses filières, qui coordonne la Charte de Bonnes pratiques d’élevage, qui finance des programmes de recherche…
L’ensemble de ces interventions représente environ 2,3 millions d’euros (État et Région) qui bénéficient directement aux éleveurs ou permettent à leur technicien d’intervenir de façon plus pertinente.

L’État fait des économies sur de nombreuses lignes budgétaires. Êtes-vous concernés ?
Oui, comme tout le monde. En 2011, l’État  a réduit son enveloppe financière de 500 000 euros par rapport à ce qui était prévu. En 2012, l’enveloppe du GIE va légèrement diminuer par rapport à celle de 2011, mais reste conséquente. Les responsables que nous sommes devons faire chaque années des choix, des arbitrages pour ne garder que les actions les plus prioritaires. Ce qu’il faut rappeler néanmoins, aux éleveurs, comme aux techniciens, c’est qu’il ne faut déposer un dossier de demande d’aide que si on est sûr de faire l’investissement. Il y a tous les ans de l’argent perdu car on l’avait réservé pour des investissements qui ne se sont finalement pas faits. C’est dommage.
Le Contrat de Plan actuel a commencé en 2007 et doit se terminer en 2013. Le grand enjeu est de faire en sorte qu’il y ait un nouveau contrat  à partir de 2014. Il faudra sûrement se battre fort pour l’obtenir...

recueilli par Jean-Paul Goutines
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois