Aller au contenu principal

Layon-Aubance
Les agriculteurs du bassin du Layon engagés pour l’environnement

L’inauguration des exploitations certifiées Agriculture raisonnée du bassin versant du Layon et de l’Aubance se déroulera sur l’exploitation de Christine et Vincent Rieullier le 11 novembre. Trois questions à Dominique Perdrieau, agriculteur et président de la Commission locale de l’eau du bassin Layon- Aubance.

Pourquoi cet engagement des agriculteurs du bassin versant ?
Voilà un an qu’un groupe d’agriculteurs et de viticulteurs du bassin du Layon se sont engagés dans cette démarche. Nous sommes maintenant une quinzaine à être qualifiés Agriculture raisonnée. La certification AR attribuée par un organisme certificateur agréé prouvant que nos pratiques sont responsables et respectent l’environnement.

Quel est l’objectif de cette journée ?
C’est une journée conviviale, nous souhaitons accueillir les acteurs de notre territoire sur nos exploitations et parler positivement de notre métier. Michel Piron notre député, les présidents des coopératives CAPL et Terrena, Bernard
Bellouard et Hubert Garaud, ainsi que le président de la Fédération viticole, Patrice Laurendeau, ont répondu positivement à notre invitation. Nous sommes tous concernés par l’environnement, cette rencontre sera un moment d’échange et de partage entre les acteurs du territoire, toutes filières confondues.

Comment envisagez-vous la suite ?
Aujourd’hui nous sommes certifiés Agriculture raisonnée, demain nous serons engagés dans la nouvelle certification environnementale HVE qui découle du Grenelle de l’environnement. Pour nous, c’est un moyen de montrer que nous pouvons conserver des outils de production tout en respectant
l’environnement. Il est important que sur un territoire aussi sensible que le bassin Layon-Aubance, les exploitants apportent des garanties aux citoyens. Les produits de nos exploitations sont non seulement bons et de qualité, mais ilssont issus d’une agriculture raisonnée respectueuse de l’environnement. Nous en apportons la preuve.

Recueilli par S.P.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités