Aller au contenu principal

Les avantages d’un épandage automnal bien géré

Le Gaec des Rousselaies privilégie les épandages d’automne pour des raisons pratiques et agronomiques.

Denis Pouivet, du Gaec des Rousselaies. La majorité de ses prairies sont recouvertes de lisier à l’automne, une fois les animaux rentrés.
Denis Pouivet, du Gaec des Rousselaies. La majorité de ses prairies sont recouvertes de lisier à l’automne, une fois les animaux rentrés.
© AA

« En quantité globale, on fait davantage d’épandages à l’automne  qu’au printemps », explique Denis Pouivet, associé du Gaec des Rousselaies, à La Pouëze. L’exploitation  de 206 ha développe trois productions animales, les veaux de boucherie, les vaches allaitantes et les vaches laitières. « Nous utilisons l’intégralité des effluents, aucun n’est exporté. La majorité est épandue sur prairies, une autre partie sur maïs ». Le Gaec délègue ses travaux d’épandage de lisier à la Cuma Botanica, qui épand ce lisier sur prairie à l’automne (jusqu’au 15 novembre), une fois que les animaux sont rentrés en stabulation. Le travail est effectué à l’aide d’une rampe à pendillards. « ça fait moins de pertes dans l’atmosphère », apprécie l’éleveur.


la problématique du stockage réglée
Sur les prairies de trèfle violet et RGH ou trèfle blanc et RGA, la Cuma épand 30 m3 environ par hectare, composées de lisier de veau, d’eaux blanches et vertes de la salle de traite, et d’égouttage de la fumière des bovins. Presque toutes les prairies, soit autour de 110 ha, sont ainsi amendées. Les parcelles les plus éloignées reçoivent plutôt du fumier de bovins et celles situées en bordure d’habitations de tiers ont une fertilisation minérale, de manière à éviter les problèmes d’odeurs.
Ainsi, le Gaec peut commencer l’hiver sereinement, avec des fosses vidées, celle de l’atelier veaux (1 000 m3 non couverte) et celle de l’atelier vaches laitières (600 m3 non couverte). « Les fosses tiennent ensuite jusqu’à mi-mars », ajoute l’agriculteur. Elles seront à nouveau vidées au moment des épandages de printemps.


Intérêts agronomiques
Quant au fumier de bovins, il est également épandu en août ou septembre, entre deux cultures de céréales (blé, orge ou triticale). « On a parfois peur des phénomènes de lessivage à l’automne, mais quand on observe les champs après épandage de fumier, on en voit bien les bénéfices. Les vers de terre remontent des profondeurs pour aller chercher le fumier et ça contribue à enrichir la matière organique de nos sols », souligne l’agriculteur.
Intéressants sur le plan pratique, les épandages d’automne le sont aussi d’un point de vue agronomique. « Lorsque nous implantons des maïs, nous le faisons toujours derrière des prairies, explique  Denis Pouivet. Nous retrouvons des restitutions d’éléments et cela profite à nos maïs. Ils sont plus beaux ! La fertilisation est beaucoup plus complète qu’une fertilisation minérale ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Souveraineté alimentaire : j’invite tous les agriculteurs à se connecter le 18 mai
En vue du colloque sur la souveraineté alimentaire qui aura lieu le 18 mai, en présence d'Emmanuel Macron et Julien Denormandie,…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités