Aller au contenu principal

Les battages d’orge ont démarré en Anjou

Reportage à Saint-Léger-des-Bois où les battages d’orge ont commencé. La moissonneuse-batteuse de la Cuma du Petit Anjou est en action. Une année en orge qui s’annonce « moyenne », décrit Vincent Guémas, éleveur laitier et président de la Cuma.

Mathieu Bolteau, chauffeur mécanicien pour la Cuma du Petit Anjou (Saint-Martin-du-Fouilloux) et la Cuma Botanica (La Meignanne). Les deux Cuma, organisées en groupement d’employeurs, ont en commun 5 salariés et un apprenti.
Mathieu Bolteau, chauffeur mécanicien pour la Cuma du Petit Anjou (Saint-Martin-du-Fouilloux) et la Cuma Botanica (La Meignanne). Les deux Cuma, organisées en groupement d’employeurs, ont en commun 5 salariés et un apprenti.
© AA

Après le colza, la moiss’batt de la Cuma du Petit Anjou, à l’Ouest d’Angers, a entamé les chantiers d’orge jeudi 21 juin.  Une récolte plutôt satisfaisante en colza avec 30 quintaux par ha. « On s’attend à un rendement moyen en orge, de l’ordre de 50 quintaux  par ha environ, pour des poids spécifiques de 64 kg/hl », estime Vincent Guémas, associé au Gaec de l’Océane à Saint-Léger-des-Bois et président de la Cuma. 
50 quintaux, c’est à peu près le niveau de production qu’il avait obtenu sur sa ferme en 2016, année catastrophique pour les céréales à paille. En 2017, les rendements d’orge étaient remontés à 65-70 quintaux, « un bon niveau ».
Cette année, la campagne avait pourtant bien démarré. Mais c’est à partir de mars que les choses se sont compliquées. « Je n’ai pas pu faire les premières interventions  de sortie d’hiver à temps, parce qu’on ne pouvait pas entrer dans les parcelles, explique Vincent Guémas. J’ai dû les décaler début avril, et le rendement s’en est ressenti. » L’agriculteur apporte un fongicide et 70 unités d’azote. « Je n’aurai pas des rendements extraordinaires mais en même temps, la culture ne m’aura pas coûté très cher », relativise-t-il. Les rendements seront sans doute assez hétérogènes dans le département. « Sur les parcelles où des machines ont pu pénétrer en mars, les rendements seront certainement différents », observe l’agriculteur.

Campagne perturbée par les pluies
Les orages de fin mai-début juin ont endommagé les cultures. « Sur mes terres superficielles et vite hydromorphes, les racines sont restées trop longtemps dans l’eau ». Résultat, des poids spécifiques  faibles : « il y a des graines, du volume, mais elles ne pèsent rien », a constaté l’agriculteur.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 29 juin 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’automate simplifie l’alimentation des bovins et aussi des caprins
Lors d’un webinaire organisé par le Lely Center Cholet, le Gaec de la Lisière du bois a témoigné de son utilisation d’un robot…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Savoir faire preuve d’opportunisme pour sécuriser ses fourrages
Eleveur de vaches laitières en bio au Louroux-Béconnais, Fabien Leprêtre cultive depuis longtemps du méteil pour l’ensilage.…
Un, deux, trois... ou zéro fongicides ?
Mercredi 2 juin, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire a organisé une visite d’un essai variétés blé tendre x fongicides…
Peu connue, la silphie s’avère intéressante pour la méthanisation
Pour alimenter son méthaniseur, le Gaec des Fritillaires a implanté, l’année dernière, 2 hectares de silphie. La première récolte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités