Aller au contenu principal

Les chauve-souris au secours du vignoble ?

Montrée du doigt ces derniers temps pour être porteuse du coronavirus, la chauve-souris est plutôt bienvenue dans les vignobles.

Des enregistreurs dont été placés dans le vignoble pour repérer les populations de chauve-souris.
Des enregistreurs dont été placés dans le vignoble pour repérer les populations de chauve-souris.
© CPIE Loire Anjou

Prédatrice du vers de la grappe, la chauve-souris, si elle est présente en quantité suffisante, pourrait  
notamment éviter aux viticulteurs de recourir à la confusion sexuelle pour lutter contre l’eudémis et la cochylis.
La randonnée VVR “Coteaux-du-layon 1er cru Chaume et Quarts-de-chaume grand cru”, samedi 5 septembre, sera l’occasion d’expliquer au public un travail en cours sur le sujet. En effet, les appellations Chaume et Quart de chaume et Savennières, avec l’Association technique viticole et la Chambre d’agriculture, sont en train d’élaborer une cartographie de la présence des chauve-souris dans les vignobles. L’étude, nommée Viti-Biodiv, est menée par le CPIE Loire Anjou.
« Pour savoir quelles espèces de chauve-souris sont présentes, il a été placé des enregistreurs dans le vignoble », explique Alexandre Cady, président de la section de l’appellation Coteaux-du-Layon 1er cru Chaume. Les chauve-souris émettent des ultra-sons et ont besoin d’éléments de rugosité dans le paysage pour se repérer et circuler. « Les enregistreurs vont permettre de repérer les endroits où les chauve-souris circulent ou ne circulent plus. On va pouvoir reconstruire des continuités paysagères, des sortes de corridors », explique Ambroise Bécot, de la Chambre d’agriculture. Les deux vignobles étudiés présentent des caractéristiques très contrastées, avec un côté Savennières très riche en arbres, parc, bâtis, haies... et de l’autre côté de la Loire, un vignoble de Chaume avec un “océan de vignes”, offrant moins de points de repères.
L’idée de ce travail collectif est donc de réintroduire des haies à des endroits adéquats dans les parcelles, pour offrir le gîte aux chauve-souris. Une première plantation a été réalisée cet hiver au Domaine Belargus à Saint-Lambert-du-Lattay et d’autres vont suivre lors des prochains hivers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités