Aller au contenu principal

Communication
Les collégiens croquent la pomme

70 000 pommes seront distribuées pendant deux semaines dans 81 établissements de Maine-et-Loire.

Distribution de pommes. Deux variétés ont été choisies : Ariane, création de l’Inra d’Angers et Gala, deuxième variété la plus produite dans le département.
Distribution de pommes. Deux variétés ont été choisies : Ariane, création de l’Inra d’Angers et Gala, deuxième variété la plus produite dans le département.
© Distribution de pommes. Deux variétés ont été choi

Des pommes à la récré. Fraîches, juteuses, et colorées, elles étaient proposées aux collégiens, pour la deuxième édition de l’opération Pomme au collège, lancée lundi matin au collège Félix
Landreau, à Angers. Pendant deux semaines, 70 000 Ariane et Gala vont ainsi être distribuées aux élèves des 81 établissements, publics et privés, qui participent à l’action. Celle-ci est organisée par le Conseil général, en partenariat avec le Syndicat départemental des producteurs de fruits (FDPF), le Comité économique Val de Loire et le Jardin de Cocagne.
Pomme au collège est une occasion de promotion de la filière, couplée à une action
pédagogique en faveur d’une alimentation équilibrée (lire-ci-dessous). En Maine-et-Loire, pourtant premier département français producteur de pommes, comme ailleurs, les adolescents boudent les fruits et légumes. « À travers les jeunes, nous cherchons à toucher les parents, explique Bruno Dupont, président de la FDPF. C’est une occasion de
mettre en valeur notre savoir-faire ». Et aussi de redonner un coup de pouce à une filière qui vient de connaître des années très difficiles en termes de commercialisation.

Alternative aux barres chocolat
L’initiative est financée à hauteur de 25 000 euros par le Conseil général, ce qui couvre
75 % de la dépense totale, le reste étant pris en charge par le syndicat des producteurs de fruits. Pour l’instance départementale, l’opération répond à plusieurs objectifs, comme le détaille son président Christophe Béchu :  « Il s’agit de défendre la spécificité de la filière locale, de développer une alternative aux barres chocolatées dont les distributeurs ont été retirés des collèges, de faire découvrir la qualité gustative et l’impact énergétique de produits locaux et enfin, de participer à une action d’insertion ». La logistique de l’opération est en effet assurée par des jardiniers et des adhérents de l’association Jardin de Cocagne, de Saint-Barthélémy-d’Anjou.    

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités