Aller au contenu principal

Agronomie
Les couverts, gages d’une future culture réussie

Le lendemain de la récolte de la paille des céréales, Denis Colineau a semé un couvert multi-espèces sur ses parcelles. 

« Avant, je faisais des couverts administratifs, aujourd’hui, je fais des couverts agronomiques », explique Denis Colineau, agriculteur à La Pouëze. Associé avec son frère Pierre-Marie, l’exploitant a débuté l’agriculture de conservation depuis 2011 et pratique le semis direct depuis 2016. « Maintenant que je comprends le fonctionnement de la vie du sol, le travail du sol me parait être un non-sens. » Le Gaec des émeraudes élève 55 vaches laitières sur 90 hectares. L’assolement est simple : « un tiers de maïs, un tiers de céréales, un tiers de prairies. Mais ça ne donne pas la rotation ! » En effet, l’agriculteur implante des intercultures dès que cela est possible. Les cultures servent à nourrir les vaches, les intercultures, le sol.
Semer au plus tôt
Cette année, le Gaec a implanté 20 hectares de blé et de triticale. Le semis est réalisé directement dans un couvert. « A chaque fois, je sème dans le vert. S’il y a un gros coup de pluie derrière, ça ressuie mieux si on sème un couvert que si on sème sur un sol nu et travaillé. » A l’avant du tracteur, le rouleau Faca détruit le couvert. à l’arrière, le semoir Horsch Avatar sème la céréale. « Le couvert remplace ma charrue. Plus le couvert est réussi, plus la future culture sera réussie. »
La céréale a été moissonnée le 18 juillet. Les rendements sont de 83 qx/ha. « Ce sont 10 qx de plus que d’habitude. Le PS est bon et la protéine s’élève à 12,5 », se réjouit l’agriculteur. Le lendemain de la moisson, la paille a été bottelée et ramassée. Le  couvert a été implanté le
20 juillet. Toujours avec le semoir Avatar à 2 cm de profondeur maximum. Le mélange ? Du tournesol, du sarrasin, du niger, de la phacélie, du radis chinois, et de la moutarde d’Abyssinie. « Je fais tous mes mélanges moi-même. J’utilise le logiciel Acacia du GIEE Magellan. J’adapte mes variétés en fonction de mes besoins. » Aujourd’hui, l’agriculteur n’hésite pas à investir 30 à 60 euros/ha pour les semences des couverts. Pour un couvert estival, Denis Colineau privilégie des semences qui lèvent facilement « comme la moutarde, le sarrasin, le tournesol. »
L’agriculteur va plus loin si la parcelle est destinée à une culture de maïs. « Je sème un 2e couvert dans le couvert à l’automne avec 80 % de légumineuses et 20 % de graminées. »
Avant le passage au semis direct, il estimait son coût d’implantation pour une céréales à 170 €/ha. Aujourd’hui, il est de moins de 50 €/ha.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois