Aller au contenu principal

Les dépôts de dossiers en retard par rapport à 2014

Plus de 3 800 agriculteurs du département n’ont pas encore commencé leur déclaration de surface.

© AA

Au 19 mai, Eric Roux, chef du service économie agricole à la DDT Maine-et-Loire, recensait seulement 1380 déclarations de surfaces signées et 1134 dossiers en cours. Sur la même période, l’an passé, 1568 demandes étaient signées. « Les producteurs sont prudents face à la nouvelle réforme et ne clôturent pas directement leur dossier, explique-t-il. Le risque est de finir embouteillé à l’approche de la date butoir du 9 juin ». Plus de 3800 agriculteurs du département (environ 6370 dossiers attendus) n’auraient ainsi pas encore commencé leur déclaration de surface sur le site Télépac.
Concernant les aides animales, à la date limite du 15 mai (les éleveurs peuvent toujours déposer un dossier jusqu’au 9 juin, avec des pénalités de retard), 1985 demandes d’Aides aux bovins allaitants (ABA) ont été reçues contre 1853 en 2014.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 22 mai 2015.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois