Aller au contenu principal

Viande bovine
Les éleveurs de bovins viande attendent des perspectives

La présidente de la FNSEA en visite sur une exploitation pour échanger sur les préoccupations  des éleveurs du département.

Invitée par la section bovins viande de la FDSEA et des JA du Maine et Loire, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, était en visite lundi 21 juin au Gaec de l’Avenir sur la commune de Sèvremoine. Florian Landreau, associé avec son frère et son père a voulu mettre en avant la problématique spécifique des systèmes naisseur engraisseur du territoire.

Situation économique : la filière engraissement en danger

« Sur trois ou quatre communes autour de nous, la moitié des engraisseurs ont arrêté leur activité », s’inquiète Florian Landreau, « aujourd’hui, entre un prix de l’aliment qui a augmenté et un prix des jeunes bovins qui n’évolue pas, nous avons pris la décision d’engraisser les animaux issus de notre troupeau mais de réduire nos achats extérieurs » complète-t-il. Une décision de chef d’entreprise qui reflète une situation globale de la filière engraissement, c’était le message que voulait faire passer la section bovine à l’occasion de cette rencontre. Pour Clément Traineau, secrétaire général des Jeunes agriculteurs « Les charges alimentaires sont fluctuantes, les prix d’achat des jeunes bovins sont structurellement bas, le modèle économique de l’engraissement actuel ne fonctionne pas et entraîne la filière dans une spirale infernale. Il faut changer de modèle, s’engager dans la contractualisation, prendre en compte les coûts de production pour redonner des perspectives et de la visibilité aux éleveurs ». « Par le projet de Loi Besson Moreau, nous essayons de compléter, de corriger, la loi Egalim qui n’est pas assez efficace, particulièrement pour la filière viande bovine », a rappelé Christiane Lambert alors que le projet de Loi devait être présenté à l’Assemblée nationale le jour même.

Réforme de la PAC : un tournant pour les éleveurs allaitant ?

La réforme de la Pac et les derniers arbitrages communiqués par le ministre de l’agriculture étaient évidemment au cœur des discussions. « Si dans la réforme de la PAC, une partie des décisions sont imposées par Bruxelles, dans le cadre des plans stratégiques nationaux, les Etats gardent la main sur certaines orientations. C’est dans ce cadre que le ministre a mis en place une aide à l’UGB » a rappelé Christiane Lambert, « à la FNSEA, nous souhaitons que les décisions soient équilibrées pour les territoires et les productions et que ceux qui ont été fortement contributeurs lors de la dernière réforme le soient moins ou soient compensés ». Pour Pierre-Marie Caillaud, président de la section bovine de la FDSEA « l’élevage de plaine a beaucoup perdu par la convergence lors de la dernière réforme, et particulière les systèmes naisseurs-engraisseurs de l’Ouest. Il faut que nous trouvions tous les curseurs pour soutenir l’élevage de plaine, les animaux productifs et l’engraissement ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Des petites graines et une grande aventure
A 35 ans, François Boissinot est installé depuis le 1er juillet. Il a repris une ferme de 35 hectares au Lion-d’Angers. Il y…
Les plantes médicinales ont besoin de bras
L'été est une période d'intense activité à l'entreprise Promoplantes à Chanzeaux. Avec de gros besoins en main-d'œuvre, pour la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités