Aller au contenu principal

Interview
« Les éleveurs doivent saisir

Alain Cholet, président de la FDL, réagit à la décision du gouvernement d’assouplir les quotas.

Afin de relancer la collecte laitière en forte baisse depuis début mai, le gouvernement a entériné la décision de l’interprofession laitière d’attribuer des quotas additionnels aux éleveurs. Quelle est la réaction de la FDL* ?
Alain Cholet : D’habitude, l’annonce des allocations de fin de campagne n’est faite qu’en
fin septembre-début octobre. Cette année, l’interprofession a devancé ses orientations de plusieurs mois afin de faire passer un message fort  à l’ensemble des producteurs : ils vont désormais avoir la possibilité de produire plus. La FDL, tout comme la FNPL, se réjouit de ces mesures. Nous espérons qu’en faisant passer le message plus tôt, nous pourrons inverser la tendance de sous-production.

Comment expliquez-vous cette baisse de collecte, qui s’élève à plus de 3 % au niveau national et à laquelle le Maine-et-Loire n’échappe pas ? Un ensemble de facteurs rentre en jeu : il y a d’abord un manque cruel de vaches et de génisses en France, puisque face à la baisse du prix du lait, un certain nombre d’éleveurs se sont mis à exporter massivement en direction de la Péninsule ibérique ou de l’Afrique du Nord. Certains éleveurs arrêtent la collecte ou la diminuent pour commercialiser des veaux. D’autres, et c’est un effet du découplage, perçoivent l’aide  laitière sans produire et se lancent dans une autre production. Ajoutons à cela le découragement des éleveurs, notamment ceux de plus de 55 ans, le manque de personnel en production laitière, les contraintes liées au métier, l’attirance pour les productions céréalières relancée par le développement des biocarburants…

Que conseillez-vous aux éleveurs ? Le prix du lait va augmenter de manière signifi-cative aux deuxième et troisième trimestre. Les producteurs doivent garder espoir et prendre conscience qu’il est essentiel de conserver en France le potentiel de production. Il faut donc essayer de se rapprocher le plus possible de son quota, voire produire plus. Cette nouvelle orientation de l’interprofession est le signe qu’il faudra désormais coller au plus près à la demande du marché. Cette demande devrait d’ailleurs continuer à progresser au niveau mondial si le pouvoir d’achat de certains pays poursuit son augmentation. Mais, cela n’empêche que le meilleur encouragement à produire reste, évidemment, un prix du lait attractif. Un éleveur qui abandonne la production n’y revient jamais.
 Recueilli par S.H.
* Fédération départementale laitière.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
" Traquer les prix hors la loi "
Interview de Frédéric Vincent, responsable du dossier lait à la FDSEA.
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
La fibre et les haies
Suite à une première levée de bouclier au mois de novembre, un collectif de 13 organisations syndicales et associatives du Maine-…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités