Aller au contenu principal

« Les éleveurs se tournent vers les arbres », entretien avec Mathilde Rue

Mathilde Rue est doctorante à Toulouse, à l’Ecole de formation des enseignants agricole (Ensfea). Fille d’éleveurs en charolais, elle est dans la dernière phase de sa thèse sur l’agroforesterie intraparcellaire et les paysages. Ses travaux lui ont permis de rencontrer un grand nombre d’acteurs agroforestiers et de développer une expertise dans ce domaine.

Mathilde Rue est doctorante à l'Ensfea.
Mathilde Rue est doctorante à l'Ensfea.
© M.R

>> Tout d’abord, comment définiriez-vous l’agroforesterie intraparcellaire ?
Mathilde Rue : l’agroforesterie est une manière de pratiquer l’agriculture, en intégrant dans son raisonnement des arbres. Les formes d’agroforesterie sont nombreuses et anciennes (haies, arbres isolés, pré-vergers, etc.). L’organisation d’alignements d’arbres intraparcellaires (l’agroforesterie parfois appelée “moderne”) connait un développement. Des encadrements techniques et financiers sont intéressants pour les agriculteurs. Dans le cadre de la Pac, il y a un soutien à l’installation de système agroforestier qui peut également être amené par un fond privé dans une logique de compensation carbone.


>> Quels sont les bénéfices que les agriculteurs peuvent en retirer ?
D’un point de vue agronomique, des études démontrent l’intérêt de cette association. Si nous prenons pour exemple l’élevage bovin viande, les arbres vont avoir un rôle positif. Cela permet de faire de l’ombre en été, d’apporter de la fraicheur, de briser le vent ou encore de fertiliser la prairie avec les feuilles mortes et le renouvellement des racines, également d’apporter un complément fourrager qualitatif. De plus, il y a un bénéfice sur le moyen et le long terme. à l’heure où l’on parle de diversification, les arbres peuvent être un bon complément de revenu. De plus, tous les agriculteurs que j’ai interrogés sont satisfaits de l’agroforesterie intraparcellaire. C’est également une autre manière d’envisager son territoire, de prendre soin du paysage, et d’améliorer l’image de l’agriculture. Enfin, les arbres sont une production de long terme, un bon investissement en sachant que les agriculteurs ne paient que très peu pour planter, la pratique étant largement subventionnée. Ainsi, l’intérêt est réel dans une optique de transmission.


>> Pourquoi cette pratique n’est pas généralisée ?
Il est vrai que, si l’on parle beaucoup d’agroforesterie, peu d’arbres se plantent réellement. Comme dit précédemment, ce n’est pas un problème d’argent. D’une part, il y a la question foncière. Les agriculteurs ne vont pas planter des arbres sur des terres dont ils ne sont pas les propriétaires. De plus, cela peut être vu comme un retour en arrière, avec des parcelles plus petites. Dans le cadre des prairies, cela semble plus simple car il y a moins de travaux à y réaliser. Pourtant, l’agroforesterie intraparcellaire est un bon moyen d’être plus écologique dans nos modes de production. Il faut donc retrouver le savoir autour de l’arbre, innover et développer ces pratiques. C’est un enjeu pour l’élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités