Aller au contenu principal

Environnement
Les enjeux de l’eau et de la biodiversité

Les nouveaux dispositifs MAE intéressent les agriculteurs. Plusieurs réunions d’information ont été organisées, territoire par territoire.

Thony Gaucher et Gaétan Salmon envisagent la mise en place de contrat MAE sur leur exploitation.
Thony Gaucher et Gaétan Salmon envisagent la mise en place de contrat MAE sur leur exploitation.
© AA
Ces mesures me semblent intéressantes. Elles viennent soutenir des pratiques que nous appliquons déjà ». Thony Gaucher est agriculteur en Gaec à Pouancé. Avec une vingtaine d’autres agriculteurs, il a participé, mardi après-midi, à la première des deux réunions organisées par la FDSEA, JA, la Chambre d'agriculture et l’Adaséa. Le Siaep (Syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable du Segréen) était associé à la démarche pour ces bassins versants de l’Araize et du Chéran, dans le cadre des réunions d’informations MAET (Mesures agro-environnementales territoriales). La seconde de ces réunions régionales devait avoir lieu aujourd’hui, à Segré. Thony envisage la signature d’un contrat quinquennal MAE. Sur son exploitation de polyculture élevage, 18 hectares d’herbe situés en bordure de l’Araize sont concernés. « Les indemnités permettront l’achat de fourrage en cas de manque d’herbe », prévoit-il.
À quelques kilomètres de là, à Grugé-L’Hôpital, Gaétan Salmon produit 80 hectares de céréales, sur lesquelles il épand de la fiente de volailles. « Diminuer les apports, c’est joindre l’utile à l’agréable, car l’intérêt environnemental rejoint l’économie », remarque-t-il. « Cela compense les contraintes imposées par le cahier des charges ».
« Cette participation, en dépit d’un temps propice aux travaux, montre bien l’intérêt des agriculteurs pour ce dispositif qui doit être mis en place dans un délai très court » (le 15 mai), apprécie Laurent Lelore. Le président du Cratéas souligne la sensibilisation des agriculteurs du Segréen à l’environnement : « Des mesures déjà en place comme l’arrêté nitrates, ont participé à la prise de conscience ». Même satisfaction pour le président du Siaep, René Chevillard. « Ceux qui sont là sont des gens déjà convaincus ». Parallèlement à ces réunions d’information, des journées de sensibilisation ont été mises en place. Les prochaines se dérouleront le 31 mai et le 8 juin en Maine-et-Loire.
M.L.-R.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités