Aller au contenu principal

Les étudiants angevins invités à se ressourcer

Du 1er février au 31 mars, des hébergeurs du vignoble angevin proposent d’accueillir gratuitement des étudiants ou apprentis du département dans leurs logements vides.

Jeudi 28 janvier, l’Office de tourisme d’Anjou vignoble villages et les initiateurs du projet se sont réunis pour faire un point sur l’avancée de l’opération et des retombées médiatiques.
Jeudi 28 janvier, l’Office de tourisme d’Anjou vignoble villages et les initiateurs du projet se sont réunis pour faire un point sur l’avancée de l’opération et des retombées médiatiques.
© AA

« Garde le moral, viens à la campagne ». C’est le nom de l’opération lancée cette semaine par le territoire Anjou vignoble villages. Le principe : « proposer un séjour gratuit de 1 ou
2 nuits chez un des nos hébergeurs solidaires à tous les étudiants et apprentis du Maine-et-Loire », explique Aurélien Debomy, directeur de l’office de tourisme Anjou vignoble villages. Une vingtaine d’hébergeurs (hôtels, chambres d’hôtes et gites) et une douzaine de domaines viticoles participent à cette opération de solidarité.
Tout est parti d’un constat : « je lisais la presse sur la situation actuelle des étudiants. Moi-même, j’ai une fille étudiante à Lyon qui trouve cette situation imposée assez déprimante. Je voyais aussi à quel point le fait de revenir à la campagne lui avait fait du bien », explique Maryline Hamon, gérante des chambres d’hôtes, la Boire Bavard à Blaison-Gohier. C’est ainsi que l’idée a émergé. « D’un côté, nous avons de grands logements vides à la campagne et de l’autre, des étudiants isolés dans de petits espaces. Pourquoi ne pas leur en faire profiter ? », s’est-elle interrogée. Surtout qu’avec la situation sanitaire, les hébergements sont vides ou très peu loués. « A cette époque, nos logements sont occupés avec les visiteurs du Sival ou du Salon des vins de Loire. Mais cette année, tout est annulé. »
Séduite par l’idée de Maryline Hamon, l’office de tourisme d’Anjou vignoble villages a rapidement sollicité son réseau pour proposer aux autres professionnels de se joindre à cette initiative originale. Rapidement, une vingtaine d’hébergeurs ont répondus présents. « Tout cela a pris une semaine, explique la gérante de chambres d’hôtes. Quand les personnes sont très motivées, tout va très vite. »

Faire découvrir sa région
« Avec la vingtaine d’hébergements participants nous pouvons proposer une multitude de séjours », se réjouit le directeur de l’Office de tourisme. « Cette opération apporte du dynamisme et de la fraîcheur au territoire, elle permet aux partenaires de continuer à exercer leurs métiers – accueillir et faire découvrir leur région – tout en venant en aide à une catégorie de la population particulièrement fragilisée ».
Pour les étudiants, les démarches sont simples. Il leur suffit de se rendre sur le site  de l’office de tourisme d’Anjou vignoble village et de remplir un formulaire en ligne. L’étudiant doit fournir une copie de sa carte d’étudiant ou d’un certificat de scolarité dans un établissement d’études supérieures du Maine-et-Loire, un justificatif de domicile à son nom ainsi qu’une assurance de responsabilité civile. Une fois le dossier validé, l’Office de tourisme met l’étudiant en relation avec l’un des hébergeurs. Le séjour comprend l’hébergement. Les repas sont offerts pour les séjours en maisons d’hôtes et hôtels, ils sont à la charge de l’étudiant en gîtes.
Depuis lundi, déjà une vingtaine de séjours ont été programmés par l’Office de tourisme. « Nous avons encore une cinquantaine de dossiers à traiter ». Jeudi, des étudiants se sont rendus à Blaison-Gohier. Au programme, visite du domaine Escogriffe et séjour à la Boire Bavard... « J’ai même des hébergeurs d’autres territoires qui m’ont contacté pour pouvoir nous rejoindre », constate Aurélien Debomy.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
" Traquer les prix hors la loi "
Interview de Frédéric Vincent, responsable du dossier lait à la FDSEA.
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
La fibre et les haies
Suite à une première levée de bouclier au mois de novembre, un collectif de 13 organisations syndicales et associatives du Maine-…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités