Aller au contenu principal

Technique
Les filières bio manquent de producteurs

Une journée régionale agriculture biologique a rassemblé 250 personnes, le 29 novembre, à Angers.

En production laitière, la question de la saisonnalité des livraisons était au programme de la journée.
En production laitière, la question de la saisonnalité des livraisons était au programme de la journée.
© AA
Le marché bio est porteur. Mais les représentants des filières présentes aujourd’hui l’ont dit : on manque de tout. Les Fermiers de Loué, qui vendent 10 % de leurs poulets en bio, ne parviennent pas à répondre à la demande. On manque aussi de lait, alors qu’il y a un an, 30 % de la production était déclassée ». C’est le constat dressé par Yves Beaupère, responsable du dossier à la Chambre régionale, lors de la rencontre technique de jeudi 29 novembre, à Angers. Cette journée a réuni des producteurs, biologiques, conventionnels ou en conversion, des étudiants, des techniciens de coopératives. Elle avait pour principale vocation de diffuser des résultats techniques et économiques dans tous les secteurs : “Valoriser les mâles en troupeau allaitant”, “réussir la culture de colzas d’hiver”, conserver les foins humides”... « L’agriculteur bio est un technicien, un entrepreneur et est en demande de références pointues  », rappelait Yves Beaupère.

Inciter à la reconversion
Le responsable professionnel estime que le Grenelle de l’environnement, très favorable à l’agriculture biologique, « va dans le bon sens, dans le discours ». Il est en effet ressorti des objectifs exigeants de ces rencontres : introduire 20 % de produits bio en restauration collective publique d’ici 2012 et passer la part du bio dans la SAU de 2 % aujourd’hui à 6 % en 2010, jusqu’à 20 % en 2020... Ce vent favorable, s’il s’accompagne d’incitations financières et d’une meilleure structuration de la filière, pourrait amener, espèrent les professionnels de la filière, des producteurs à se convertir. Et permettre à la région, troisième en terme de producteurs et deuxième en surfaces cultivées, de maintenir son avance. Les Pays de la Loire comptent 1 092 exploitations bio.  
S.H.
Renseignements : Pôle bio des Pays de la Loire, au 02 41 18 60 30.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités