Aller au contenu principal

lait
Les grandes lignes sur l’attribution des volumes pour l’après quotas

Pour la FDL, le volume par point de collecte défini par FranceAgriMer doit être la référence à la fin des quotas.

© AA

Pour le conseil de la Fédération départementale laitière, l’année 2015 sera une année charnière en production laitière avec la fin des quotas et la future gestion de volumes contractuels. à cet effet, les responsables laitiers du département travaillent depuis le début d’année à une position sur la gestion des volumes pour l’après 2015. Ce travail a permis de dégager quelques grandes lignes.

Volume de référence

La fédération départementale laitière considère que le volume pris en référence à la fin des quotas doit être le volume  par point de collecte défini par France AgriMer. Le conseil ne souhaite pas de gestion de l’influence matières grasses à l’avenir, et considère qu’elle doit être intégrée dans la référence contractuelle en prenant en compte la décision la plus bénéfique pour le producteur (si l’influence MG est négative, le producteur doit conserver sa référence FAM ; si elle est positive, le volume de référence FAM doit être augmenté).

Attribution des volumes disponibles

Suite à un débat de fond sur l’attribution de volumes à l’installation, la FDL a réaffirmé sa priorité pour le renouvellement des générations, mais souhaite néanmoins réserver un pourcentage du volume libéré à de la confortation. “Par cette proposition, la FDL ne souhaite pas brider l’installation, bien au contraire, nous souhaitons conforter des exploitations  qui ont des volumes trop faibles pour permettre de sauver des sites qui pourraient disparaître sans consolidation, et maintenir des exploitations qui pourront être cédées dans de bonnes conditions pour des jeunes”, explique Alain Cholet, président de la FDL.

Concernant les volumes, la FDL est favorable à un plafond maximum à 400 000 l dans le cadre d’une installation. Plus globalement sur l’exploitation, un plafond de 400 000 l pour un associé est proposé, et 300 000 l par associé supplémentaire dans la limite de cinq associés. Un traitement au cas par cas pourrait être mis en place pour la prise en compte des salariés dans le calcul des seuils.

“Chaque attribution de volume doit répondre à un projet économique viable économiquement et vivable socialement. Le revenu doit également être regardé de très près, en effet, des études statistiques montrent qu’il n’y a aucune corrélation entre augmentation de volume et augmentation de revenu”, conclut Alain Cholet.

A. Tenèze

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités