Aller au contenu principal

Commercialisation
Les Min veulent rester partenaires de la filière

Les marchés d’intérêt national élargissent leurs offres de services aux nouveaux besoins des producteurs et des consommateurs.

1 million de tonnes de fruits et légumes transite chaque année par le marché de 
Rungis.
1 million de tonnes de fruits et légumes transite chaque année par le marché de
Rungis.
© AA

Quel rôle peuvent jouer les marchés de gros dans la valorisation des productions régionales ? La commercialisation par le biais des grossistes et des Marchés d’intérêt national (Min) représente aujourd’hui environ 30 % des volumes échangés. Parmi les 18 Marchés d’intérêt national de France, Rungis est, de loin, le plus important avec un million de tonnes de fruits et légumes qui y transite par an. Pour soutenir leur activité et contribuer à la promotion des productions régionales, les Min évoluent et proposent de nouveaux services. C’est ce qu’est venu présenter Michel Escoffier, secrétaire général de la Fédération française des marchés d’intérêt national, lors du récent Sival. « Les Min ne se limitent plus à louer un bâtiment, mais offrent désormais des services de logistiques, de commercialisation, de mutualisation de la distribution », a-t-il expliqué. À condition de braver les contraintes réglementaires et les individualismes bien ancrés. « Avec une bonne contertation à tous les niveaux, lesproducteurs et les Min peuvent rester au cœur de la filière », est persuadé Michel Escoffier. Comment ? Trois axes de travail ont été présentés.
Renforcer la mise en relation entre la production et la distribution en constitue le premier. Ainsi, à Grenoble, le Min a contribué à la mise en place de la marque “Terres d’ici” qui rassemble 60 producteurs, 30 détaillants, grossistes et restaurateurs. Depuis octobre 2006, à Lille, 15 producteurs de la ceinture verte commercialisent sous la marque “maraîchers des campagnes lilloises” auprès d’une dizaine de négociants. Toujours dans la métropole du Nord, le marché de gros et l’Institut Pasteur ont élaboré une certification pour des pommes de terre. « L’amélioration des conditions d’accueil et l’organisation de la distribution urbaine doivent aussi contribuer à faire revenir les producteurs vers les Min », estime Michel Escoffier, « Avec ces deux orientations, les Min contribueront à maintenir le commerce de proximité ».          

M. L.-R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités