Aller au contenu principal

Les oiseaux, véritable fléau ?

Lors de la 34ème édition du Sival, le CTIFL a tenu une conférence sur les dégâts infligés aux cultures par les oiseaux.

Un effaroucheur
Un effaroucheur
© AA

Si 75 % des oiseaux ont disparu de nos campagnes en 20 ans, les dynamiques ne sont pas les mêmes pour toutes les espèces. Les espèces généralistes, pigeons ou corvidés par exemple, présentent une hausse d’effectif. Maxime Davy, du CTIFL, identifie trois facteurs principaux : « la simplification de l’environnement, la multiplication de perturbations de celui-ci et enfin la réduction du nombre de prédateurs ».


Une lutte difficile
Si de nombreux moyens de lutte existent, comme les effaroucheurs sonores ou visuels, ceux-ci peinent à se montrer efficaces. Maxime Davy constate « une accoutumance rapide, une efficacité aléatoire, des contraintes pour l’exploitant et pour ses voisins ». Des outils innovants font leur apparition, comme l’utilisation de drones ou encore la très prometteuse fauconnerie, mais ces innovations ont du mal à prendre racine et sont parfois coûteuses.
La chasse demeure un moyen efficace pour prélever une grande partie de la population, malgré des aspects réglementaires stricts. Cependant, dans de nombreux cas, un effet d’aspiration s’est fait ressentir. Un soudain prélèvement d’individus sur un territoire favorable au développement de ces espèces, a entraîné une migration des oiseaux voisins vers ce territoire. « Il faut raisonner à l’échelle globale, de manière multi-acteurs », souligne Maxime Davy.
Il invite tous les agriculteurs à déclarer les dégâts observés, « même si ceux-ci ne sont pas compensés, cela permet de saisir l’entièreté du problème, et d’interpeller les politiques publiques ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’automate simplifie l’alimentation des bovins et aussi des caprins
Lors d’un webinaire organisé par le Lely Center Cholet, le Gaec de la Lisière du bois a témoigné de son utilisation d’un robot…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Savoir faire preuve d’opportunisme pour sécuriser ses fourrages
Eleveur de vaches laitières en bio au Louroux-Béconnais, Fabien Leprêtre cultive depuis longtemps du méteil pour l’ensilage.…
Un, deux, trois... ou zéro fongicides ?
Mercredi 2 juin, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire a organisé une visite d’un essai variétés blé tendre x fongicides…
Peu connue, la silphie s’avère intéressante pour la méthanisation
Pour alimenter son méthaniseur, le Gaec des Fritillaires a implanté, l’année dernière, 2 hectares de silphie. La première récolte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités