Aller au contenu principal

Les pépiniéristes sont dans l’attente

Le choix de ne pas mettre l’économie sous cloche permet aux pépiniéristes de continuer leur activité. Avant des mesures plus restrictives ?

© Laurentaises

Pour le moment, dur d’y voir très clair dans les mesures gouvernementales à venir pour les pépiniéristes. Avant le reconfinement, les ventes étaient bien reparties, à la hausse sur certaines productions. Désormais, le flou entoure la vente, mais la production doit continuer.
« On fait un métier du vivant, c’est impossible pour nous de s’arrêter », confirme Mathieu Billotte, gérant de Multibaies,  entreprise spécialisée dans la production de plants de myrtilles exportés à travers le monde. Pour lui, le carnet de commande est bien rempli, et l’activité n’est pas impactée par le reconfinement. « L’amateurisme de la première vague est derrière nous. On a bien compris qu’il fallait continuer à faire tourner l’économie, et nos camions peuvent circuler ». Lors du premier confinement, Mathieu Billotte a subi des retards sur ses livraisons et ses chantiers, et a été contraint de fermer une de ses entreprises en Espagne. Avec, à la clé, une quantité énorme de végétaux jetés. « Pour le moment, on ne peut pas se plaindre car notre activité continue. Si les normes restent les mêmes, cela se passera bien pour nous », analyse l’exploitant.


Toujours ouvert
Du côté de Saint-Laurent-de-la-Plaine, même si l’optimisme reste de mise, le doute plane sur les mesures gouvernementales. Bruno Roullier est le gérant des Pépinières Laurentaises, s’étalant sur 50 ha et proposant notamment plus de 300 variétés d’arbres fruitiers et 150 variétés de chênes. « Pour le moment, notre partie vente directe reste ouverte. Mais si la grande distribution ferme, on va peut-être devoir fermer... C’est impossible de se projeter. On a un peu l’impression que le reconfinement n’a pas été préparé », déplore Bruno Roullier. Pour son entreprise, la vente directe représente 20 % du chiffre d’affaires. Le reste provient de clients professionnels comme des collectivités ou des agriculteurs. « Ce qui nous a sauvé après le premier confinement, ça a été l’engouement des particuliers pour travailler la terre, des agriculteurs pour l’agroforesterie, d’un regain d’intérêt pour les circuits courts », analyse le pépiniériste. Mais pour le moment, ce reconfinement n’inquiète pas outre mesure. « Si on ferme la vente directe, on se tournera vers la livraison, on sait comment faire ! ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois