Aller au contenu principal

Crise agricole
Les permanences se poursuivent dans le Maine-et-Loire

Les permanences des services de l'état pour les agriculteurs du Maine-et-Loire sont prolongées jusqu'au 18 avril 2024.

Comme l'a annoncé le président de la République lors de son déplacement au salon de l'agriculture, des permanences multi-administrations ont été organisées dans les sous-préfectures et à la Direction Départementale des Territoires du Maine-et-Loire afin d'apporter un traitement individualisé aux difficultés que les agriculteurs peuvent rencontrer dans leurs exploitations.

13 permanences ont été ouvertes dans le département entre le 1er et le 22 mars. Plusieurs dizaines d'agriculteurs ont ainsi été reçus et ont, pour la plupart, reçu des réponses à leurs questions.

Ces permanences se poursuivent désormais au rythme d'une demi-journée par semaine. L'ensemble des services de l'État à même d'apporter des réponses concrètes aux agriculteurs (direction départementale des Territoires, direction départementale des Finances publiques, direction départementale de la protection des populations) et la Mutualité sociale agricole du Maine-et-Loire restent mobilisés.

Les prochaines permanences auront lieu :

-à la sous-préfecture de Saumur, jeudi 28 mars de 14h00 à 17h00

- à la sous-préfecture de Cholet, vendredi 5 avril de 14h00 à 17h00

- à la sous-préfecture de Segré-en-Anjou Bleu, jeudi 11 avril de 14h00 à 17h00

- à la Direction départementale des Territoires, jeudi 18 avril de 14h00 à 17h00

 

L'inscription est obligatoire et il est fortement recommandé de préciser le problème rencontré, afin de bien calibrer les ressources mobilisées. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois