Aller au contenu principal

Les pluies diluviennes mettent à mal les cultures

Le Maine-et-Loire a été lourdement touché suite aux précipitations du début de semaine. Des centaines d’hectares sont sous les eaux.

Briollay
Briollay
© AA

Les trombes d’eau qui se sont abattues sur l’Anjou depuis une semaine auront laissé des traces. Entre 60 et 100 mm sont tombés dans de nombreux secteurs du département, mettant à mal cultures et prairies.

Dans la Vallée de l’Authion, les productions de semences (maïs, chanvre, haricot), ont été lourdement touchées. Selon Jean-Paul Guéry, du Syndicat des producteurs de semences de maïs (SPSM), certaines parcelles inondées ne vont pas pouvoir être semées et les semis de mâles vont devoir être décalés avec des risques de mauvaise fécondation. Aux Ponts-de-Cé, la station d’exhaure est en marche depuis le mardi 12 juin.

Du foin les pieds dans l’eau

Les prairies se retrouvent également les pieds dans l’eau. Et impossible dans l’immédiat d’entrer dans les parcelles pour faire les foins. La première coupe risque d’être de mauvaise qualité dans de nombreux endroits. Dans les Basses vallées angevines et en bord de Loire, l’eau est remontée, obligeant les éleveurs à rentrer les animaux, et noyant certaines parcelles de maïs tout juste semées.

Dans le Sud Saumurois et le Segréen, les violents orages ont couché de nombreuses parcelles de céréales.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 15 juin 2018.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois