Aller au contenu principal

Eau
Les premiers signes de l’été se manifestent, le préfet applique l’arrêté étiage

La vigilance est de mise sur les prélèvements en eau pour six bassins versants du département. Le 21 juillet 2008, la préfecture prenait cette mesure de classement.

L'évolution des débits constatés aux points de référence entraîne la mise en œuvre des mesures de vigilance pour les usages de l'eau. Ces mesures concernent les bassins versants ci-dessus.
L'évolution des débits constatés aux points de référence entraîne la mise en œuvre des mesures de vigilance pour les usages de l'eau. Ces mesures concernent les bassins versants ci-dessus.
© Anjou agricole

Le 21 juillet 2008, le préfet prenait un arrêté de classement en vigilance pour six bassins versants sur les prélèvements en rivière pour l’irrigation. Il s’agit de l’Aubance, du Layon, de l’Hyrôme, de l’Èvre, de la Romme et du Brionneau. Ce stade est un niveau d’information pour signaler les bassins versants les plus sensibles. Si les débits venaient à baisser encore, ces bassins seraient soumis à des mesures de restriction (voir encadré). Pour l’instant, le mot d’ordre est l’économie d’eau mais aucune règle spécifique n’est imposée.
Le classement concerne les prélèvements pour irrigation dans les cours d’eau concernés, leurs affluents et leur nappe d’accompagnement.
Pour les usages non prioritaires : laver son véhicule, remplir sa piscine (hors chantier ou maintenance), laver les bâtiments et voierie (hors sécurité ou chantier), arroser les espaces verts (privé ou publics), alimenter les fontaines (sauf recyclage), aucune mesure n’est proposée pour l’instant. En effet, ces usages dépendent du niveau de la Loire excepté pour les communes des bassins versant de la Moine et de l’Oudon. Ce n’est que lorsque la Loire a atteint le seuil de vigilance (220 m3/s) ou lorsque 9 bassins versants sont classés en vigilance que les premières mesures apparaissent. Pour les bassins de la Moine et de l’Oudon, les seuils des usages prioritaires correspondent aux mêmes seuils que les usages agricoles.   

SARAH PETIARD, FDSEA
et ALEXANDRE CHAIGNEAU, CA 49

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Le système lisier leur allège la tâche
Au Fief-Sauvin (Montrevault-sur-Evre), le Gaec des Mardreaux a choisi de passer d’un système logettes paillées à un système tout…
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités