Aller au contenu principal

Phytolia
Les PSBBE, ou plantes santé beauté et bien-être

L’interprofession Phytolia créée en 2006 regroupe une quinzaine d’entreprises.

Phytolia souhaite sortir de l’appellation PPAM, plantes à parfum, aromatiques et médicinales, pour communiquer sur les PSBBE », explique Gilles Lévy, président de Phytolia, créée en 2006. « Ce terme englobe l’ensemble des acteurs de notre secteur, de la production de végétaux jusqu’à l’industrie pharmaceutique ». Afin de mieux connaître la réalité de ces plantes santé, beauté, bien-être, l’interprofession a demandé au pôle économie et prospective des Chambres d’agriculture des Pays de la Loire de mener une étude sur la situation et les enjeux de la filière. On y apprend que dans la région, les PSBBE sont cultivées sur plus de 900 hectares (sur 33 000 hectares en France), par plus de 60 producteurs. On y trouve 70 espèces différentes, « une diversité qui  dénote un réel savoir-faire régional », souligne Phytolia. Les plantes les plus cultivées sont le psyllium, le pavot, la camomille, et l’artichaut. On assiste à un mouvement de professionnalisation et de spécialisation qui vient remplacer  la multitude des petits producteurs : 54 % des producteurs sont spécialisés. 10 % des surfaces sont cultivés en bio. La production se trouve confrontée à deux problèmes majeurs, celui de la maîtrise des adventices, avec la suppression de plusieurs molécules phytosanitaires de synthèse. Le besoin de trouver des solutions pour y pallier a été fortement exprimé lors de l’étude. Deuxième problème, celui des débouchés, dans un secteur très internationalisé et très concurrentiel. La demande en plantes médicinales est très fluctuante et peu de contrats sont réalisés. Or le risque d’invendus est important quand la production n’est pas sous contrat, rappelle l’étude. Une partie des producteurs sont éleveurs et ont peu de temps à consacrer aux cultures.
La production génère 82 emplois et un chiffre d’affaires de 5,2 M d’euros. L’ensemble de la filière compte un millier d’emplois. En aval, les principaux utilisateurs de PSBBE sont la cosmétique, le secteur des compléments alimentaires, celui de la nutrition animale, mais également l’hygiène ménagère, l’industrie des boissons, ou encore la protection sanitaire des végétaux. « La création de Phytolia a permis de fédérer les acteurs de l’amont et de l’aval pour renforcer la compétitivité de la filière », souligne Laurent Martineau, membre de Phytolia et producteur. « L’environnement est favorable à notre filière, celle-ci tient le coup par rapport à la crise. Nous sommes au cœur des attentes d’une population qui vieillit et veut préserver son capital santé ». La souhait de l’interprofession est d’accueillir en son sein des grandes marques de l’aval, à l’instar d’Yves Rocher, déjà adhérent.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Les mesures qui impactent l'agriculture
Issue des propositions de la convention citoyenne, la loi Climat a été adoptée par une large majorité en 1ère lecture à l’…
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Régis Baudouin
Face à l’ampleur des dégâts, il veut protéger tout son verger contre le gel
A Villebernier, l'arboriculteur Régis Baudouin estime avoir perdu plus de la moitié de sa production de fruits à cause des gelées…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités