Aller au contenu principal

Pac 2022
Les règles d’entretien des jachères

Les parcelles déclarées en jachères doivent respecter certaines règles d’entretien. Avec la crise en Ukraine et la dérogation mise en place, leur gestion est largement modifiée pour 2022.

Depuis plusieurs années, les jachères retrouvent de l’intérêt dans certaines exploitations pour répondre aux contraintes des 5 % de SIE. Elles bénéficient d’un coefficient SIE d’un pour un (un ha de jachère = un ha de SIE), tandis les jachères mellifères bénéficient d’un coefficient SIE de 1,5. 
Dans le Maine-et-Loire, environ 4000 ha de jachères sont déclarés tous les ans à la Pac. Avec la « dérogation Ukraine », le nombre d’hectares déclarés devrait être plus importants cette année (voir ci-dessous).

Couverts et dates d’implantation
Les couverts autorisés font l’objet d’une liste précise (voir encadré). En temps normal, le couvert ne peut être utilisé à des fins agricoles, ni commercialisé : ainsi le pâturage, la récolte, le conditionnement du couvert sont interdits. Le produit de la fauche ou du broyage doit rester sur la parcelle. De plus, la jachère ne peut faire l’objet d’aucune utilisation, et sont notamment interdits l'entreposage de matériel agricole ou d'irrigation ; l'entreposage des effluents d'élevage, de terre, des boues ou encore le stockage de la paille.
Pour être valorisée en SIE, la jachère doit être implantée avant le 1er mars et présent jusqu’au 31 août. Une jachère non déclarée SIE doit être implantée au 31 mai et présente durant une période d’au moins 6 mois comprenant le 31 août.

Interdiction de broyage 
L’entretien des jachères est assuré par le fauchage et le broyage. Dans le Maine-et-Loire, il ne peut être procédé au broyage ou au fauchage des parcelles du 16 mai au 15 juillet. Ne sont pas concernées par cette interdiction les exploitations en agriculture biologique, les zones de production de semences et les zones d'isolement des parcelles de semences situées en dehors de ces zones, les bandes enherbées le long des cours d’eau, les parcelles situées à moins de 20 mètres des habitations et sur les périmètres de protection des captages d’eau potable. 

Dérogation pour la valorisation des jachères en 2022
La France a décidé la mise en œuvre d’une « dérogation Ukraine » pour la Pac 2022 pour permettre la culture d’un maximum de surfaces agricoles et de valoriser aussi les jachères par fauche ou pâturage.
Avec cette dérogation exceptionnelle, des parcelles en herbe fauchées ou pâturées, ou des surfaces prévues en jachère mais mises en culture pourront être déclarées en J5M ou J6S et comptabilisées dans les 5% de SIE.  La dérogation est bien ouverte à tous les agriculteurs, éleveur ou non.
La dérogation couvre aussi les cultures de printemps en céréales, oléagineux ou protéagineux, à l’exception du chanvre. Et l’usage de produits phytosanitaire et de fertilisation est autorisé sur toutes ces surfaces, mais il faudra tout de même cocher la case de non utilisation des phytos dans l’onglet Verdissement.
Cette dérogation ne s’applique qu’aux surfaces déclarées en jachère avec les codes J5M ou J6S et porte bien sur l’utilisation du couvert de la jachère, car administrativement ces surfaces restent des jachères. 
 

Liste des couverts autorisés sur une parcelle en jachères :
Brome cathartique, brome sitchensis, cresson alénois, dactyle, fétuque des près, fétuque élevée, fétuque ovine, fétuque rouge, fléole des prés, gesse commune, lotier corniculé, lupin blanc amer, mélilot, minette, moha, moutarde blanche, navette fourragère, pâturin commun, phacélie, radis fourrager, ray-grass anglais, ray-grass hybride, ray-grass italien, sainfoin, serradelle, trèfle d’Alexandrie, trèfle de Perse, trèfle incarnat, trèfle blanc, trèfle violet, trèfle hybride, trèfle souterrain, vesce commune, vesce velue, vesce de Cerdagne.
Le mélange de ces espèces, entre elles seules, est également autorisé.
Par ailleurs, toutes les repousses de cultures sont autorisées sauf les repousses de maïs, de tournesol, de betterave et de pommes de terre, ces repousses étant peu couvrantes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois