Aller au contenu principal

Viticulture
Les vendanges 2009 s’annoncent prometteuses en Anjou-Saumur

Les vignerons s’attendent à un bon millésime en terme de qualité, et plus mitigé pour les rendements.

Après deux années de faible production, le vignoble 
d’Anjou-Saumur devrait renouer avec des volumes plus habituels.
Après deux années de faible production, le vignoble
d’Anjou-Saumur devrait renouer avec des volumes plus habituels.
© AA

Les vins de base pour mousseux et les chardonnays pour les anjou blancs, ainsi que les pinots noirs pour rosés ont ouvert le bal des vendanges 2009 en Anjou-Saumur. La récolte est précoce cette année, avec environ huit ou quinze jours d’avance, selon les secteurs, par rapport à l’année dernière.  Que peut-on attendre de ce nouveau millésime ? Après deux années de faibles récoltes, on devrait déjà revenir à des volumes beaucoup plus habituels pour le vignoble d’Anjou-Saumur, c’est-à-dire de l’ordre de 950 000 à 1 million d’hectolitres. En 2008, suite au gel, la récolte s’était établie à 830 000 hectolitres seulement. Selon les cépages et les sols, les situations vont différer : si les chenins, grolleaux, gamays sont plutôt prometteurs, de même que les chardonnays et sauvignons, les cabernets sur schiste ont souffert de la sécheresse. Des grappes claires, des raisins de la taille de petits pois : les rendements devraient en pâtir.
Quant à la qualité, elle s’annonce globalement « prometteuse », estime Patrice Laurendeau, président de la Fédération viticole Anjou-Saumur. « Nous devrions avoir une belle année en rouge et en moelleux ». Mais les trois mois quasiment sans pluie ont laissé quelques traces. « Les vignes ont souffert d’un stress hydrique qui a fait conserver des acidités assez fortes. Il faudra un suivi très important au niveau de la récolte », souligne-t-il cependant. Point positif, le vignoble a reçu très peu de traitements, ce qui va permettre d’attendre la maturité idéale pour vendanger.
«  Il faut s’attendre à une bonne qualité, grâce aux températures élevées de cet été, mais pas de très bons rendements sur les cabernets, car certains grains ne sont pas parvenus à véraison, ils semblent bloqués. Ce sera certainement un des problèmes de cette année », explique aussi Gaëlle Berriau, du GDDV, Groupement départemental de développement viticole.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités