Aller au contenu principal

Viticulture
Les vendanges 2009 s’annoncent prometteuses en Anjou-Saumur

Les vignerons s’attendent à un bon millésime en terme de qualité, et plus mitigé pour les rendements.

Après deux années de faible production, le vignoble 
d’Anjou-Saumur devrait renouer avec des volumes plus habituels.
Après deux années de faible production, le vignoble
d’Anjou-Saumur devrait renouer avec des volumes plus habituels.
© AA

Les vins de base pour mousseux et les chardonnays pour les anjou blancs, ainsi que les pinots noirs pour rosés ont ouvert le bal des vendanges 2009 en Anjou-Saumur. La récolte est précoce cette année, avec environ huit ou quinze jours d’avance, selon les secteurs, par rapport à l’année dernière.  Que peut-on attendre de ce nouveau millésime ? Après deux années de faibles récoltes, on devrait déjà revenir à des volumes beaucoup plus habituels pour le vignoble d’Anjou-Saumur, c’est-à-dire de l’ordre de 950 000 à 1 million d’hectolitres. En 2008, suite au gel, la récolte s’était établie à 830 000 hectolitres seulement. Selon les cépages et les sols, les situations vont différer : si les chenins, grolleaux, gamays sont plutôt prometteurs, de même que les chardonnays et sauvignons, les cabernets sur schiste ont souffert de la sécheresse. Des grappes claires, des raisins de la taille de petits pois : les rendements devraient en pâtir.
Quant à la qualité, elle s’annonce globalement « prometteuse », estime Patrice Laurendeau, président de la Fédération viticole Anjou-Saumur. « Nous devrions avoir une belle année en rouge et en moelleux ». Mais les trois mois quasiment sans pluie ont laissé quelques traces. « Les vignes ont souffert d’un stress hydrique qui a fait conserver des acidités assez fortes. Il faudra un suivi très important au niveau de la récolte », souligne-t-il cependant. Point positif, le vignoble a reçu très peu de traitements, ce qui va permettre d’attendre la maturité idéale pour vendanger.
«  Il faut s’attendre à une bonne qualité, grâce aux températures élevées de cet été, mais pas de très bons rendements sur les cabernets, car certains grains ne sont pas parvenus à véraison, ils semblent bloqués. Ce sera certainement un des problèmes de cette année », explique aussi Gaëlle Berriau, du GDDV, Groupement départemental de développement viticole.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités