Aller au contenu principal

Les vignerons réinventent les moyens de commercialisation

Quantité et qualité sont au rendez-vous du millésime 2020 en Anjou Saumur. Le Domaine de Bablut ne déroge pas à la règle. Avec les mesures de confinement, les vignerons bio cherchent de nouveau moyen pour commercialiser leurs vins.

© Domaine de Bablut

Le Domaine de Bablut, à Brissac Loire Aubance, doit à nouveau s’adapter aux nouvelles mesures de confinement. Sur plus de 50 hectares, Christophe Daviau et son fils Antoine produisent principalement Anjou Brissac, Anjou Blanc et Coteaux de l’Aubance. Le tout en agriculture biodynamique. « 50 à 55 % de notre production est vendue à des particuliers », explique l’actuel salarié et futur gérant du domaine, Antoine Daviau. Le premier confinement a été un premier coup dur.  Surtout que les portes ouvertes de leur domaine se tiennent le week-end de Pâques. Avec ces nouvelles mesures de confinement, « nous avons mis en place un système de drive et de livraison. On essaie de communiquer davantage sur les réseaux sociaux. » Pour les fêtes de fin d’année, les vignerons vont organiser une tournée de livraison. « A ce jour, nous n’avons pas encore déployé le comptage. » Autre manque à gagner : l’annulation des salons professionnels. « Tous les salons auxquels nous participons ont été annulés. C’est un autre coup dur. Mais il est difficile de le quantifier. » Le domaine fait partie de l’association Les Anges Vins, qui regroupe une vingtaine de vignerons d’Anjou. Le but : promouvoir par eux-mêmes leurs vins, leurs méthodes et leur philosophie de travail. Chaque année, l’association organise, fin novembre, un salon dédié aux particuliers à Saint Aubin de Luigné. Cette année, confinement oblige, le salon n’aura pas lieu. Mais les vignerons ne comptent pas s’arrêter là. « Nous avons proposé une nouvelle formule. Au lieu de se regrouper tous dans un même lieu, nos caves seront toutes ouvertes le même jour. » 13 caves seront donc ouvertes sur rendez-vous avec masque et gel hydroalcoolique, le samedi 28 novembre, de 10 h à 18 h. « En plus, nous allons envoyer à tous nos clients un catalogue avec une sélection de vins vendus par carton. Les clients pourront passer commande et nous allons mettre en place un système de drive le 5 décembre.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Dans un contexte de crise sanitaire, les Caves de la Loire tirent leur épin
La veille de leur assemblée générale, jeudi 18 février, les Caves de la Loire ont tenu une conférence de presse. L’occasion de…
La carte des cours d'eau mise à jour
Une nouvelle version de la carte des cours d’eau du Maine-et-Loire vient d’être publiée. Les agriculteurs doivent en tenir compte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités